Aller au menu | Aller à l'article | Aller aux commentaires
Bâtiments

Blog d'Étienne Pourcher

0Climat : dépasser la prise de conscience

le 03/08/2018 à 11:06 par Etienne - Économie

Editorial du « Monde ». Les signaux d’alarme sur l’accélération du réchauffement climatique se multiplient et, pourtant, les actions engagées pour tenter d’inverser le phénomène ne sont désespérément pas à la hauteur des enjeux. Deux nouveaux avertissements viennent de nous être lancés, mercredi 1er août. L’année 2017 a été classée comme l’une des trois années les plus chaudes de l’histoire moderne, selon le rapport annuel de l’agence fédérale américaine National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

Le 1er août est également le jour où l’humanité a consommé l’ensemble des ressources que la nature peut régénérer en un an, selon les calculs du réseau international du Global Footprint Network et celui du WWF. Année après année, ce « jour du dépassement » est de plus en plus précoce : en 1975, c’était le 1er décembre ; en 1995, le 5 octobre ; en 2015, le 4 août, et en 2017, c’était le 2 août.

Lire aussi :   Climat : 2017, année de tous les records

D’un côté, les mesures des scientifiques de la NOAA et l’actuelle vague de chaleur qui fait suffoquer les populations d’Europe du Nord, du Japon, du Canada ou du Pakistan, laissent peu de doute sur la réalité du réchauffement climatique. De l’autre, l’« empreinte écologique » grandissante de l’homme, illustrée notamment par la hausse des émissions des gaz à effet de serre et par l’augmentation des surfaces cultivées, brosse le tableau d’une planète au bord de la rupture sans que les actes suivent la prise de conscience.

Deux ans et demi après l’accord de Paris, conclu lors de la COP21 pour contenir le réchauffement sous le seuil des 2 °C, « l’union sacrée pour le climat » à laquelle appelle Nicolas Hulot, le ministre de la transition écologique et solidaire, se fait toujours attendre. Certes, des villes se rassemblent autour d’objectifs de transformation de leurs usages en matière d’énergie, de logement ou de transport. Certes, des entreprises se projettent vers une économie rejetant moins de carbone, et le monde de la finance réévalue peu à peu sa politique d’investissement à la lumière du risque climatique. Un sommet mondial des acteurs non étatiques, le premier du genre, devrait mettre à l’honneur ces initiatives, mi-septembre, à San Francisco.

Maillon faible

Toutefois, les Etats restent le maillon faible de cette mobilisation. C’est le cas des Etats-Unis de Donald Trump, l’un des derniers dirigeants climatosceptiques de la planète, qui a isolé son pays en ouvrant la voie, en juin 2017, à son retrait de l’accord de Paris. De son côté, l’Union européenne peine à réviser à la hausse ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre. Il s’agit pourtant d’un effort indispensable. La Chine, premier émetteur mondial de CO2, est, elle aussi, confrontée à la contradiction entre les engagements de l’accord de Paris et la poursuite d’une croissance économique soutenue. Partout, les lobbys tentent de remettre en question les maigres avancées, comme au Canada, qui vient d’assouplir son projet de taxes sur les émissions de gaz à effet de serre.

Les Etats n’ont d’autre choix que d’agir vite et d’interroger les modes de production et de consommation qui font des hommes les prédateurs de la nature. Pour contenir la hausse des températures, l’accord de Paris indique clairement la voie en visant la neutralité carbone dans la seconde moitié du siècle. Cet objectif implique de laisser sous terre la plus grande partie des réserves d’énergies fossiles, les carburants du réchauffement. Combien faudra-t-il d’avertissements pour que l’humanité cesse de rester accrochée à un modèle qui conduit à sa perte ?


Tags Ville, Etat, Energie, Climat

Share Creative Commons License
retour en haut

0Rapport des services de l'Etat dans les Vosges

le 24/06/2011 à 22:02 par Etienne - Vosges

Chaque année, le Préfet vient devant le Conseil Général des Vosges présenter le rapport des services de l’Etat dans le Département. C’est l’occasion pour les élus de l’interroger sur les politiques mises en œuvre.

 

Voici les points sur lesquels j’ai interrogé Monsieur le Préfet cette année :

 

L’emploi

 

Le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite a des conséquences non négligeables sur le service rendu au public. Si certains slogans de campagne populistes sur le nombre de fonctionnaires ont pu être repris, je ne m’inscris pas dans cette logique tant je considère que les fonctionnaires qu’ils soient d’Etat, de la Fonction Publique territoriale ou encore hospitalière sont au service de l’intérêt général. Ainsi, la mise en œuvre de la RGPP dans notre département concerne beaucoup de services publics, comme par exemple l’Education Nationale et j’attire l’attention de M. le Préfet sur l’inquiétude des parents d’élèves, enseignants et élus. Par ailleurs cela concerne tout aussi bien les fermetures de classes dans le primaire que les dotations horaires des collèges, de la compétence du Conseil Général ou des Lyçées. Cela a des conséquences sur la qualité de l’enseignement dans un Département où les problèmes économiques et sociaux sont déjà grands… Par ailleurs, le sort réservé aux Auxiliaires de Vie Scolaire qui voient leurs contrats arriver à échéance et n’être pas renouvelé est souvent éprouvant pour eux alors qu’ils avaient démontré leur utilité.

 

Par ailleurs, l’emploi privé est également au cœur de mes préoccupations et le niveau du chômage dans notre département est insupportable. Pour aider les vosgiens à retrouver du travail, pôle emploi doit avoir les moyens nécessaires et j’entends dire que les conseillers ont jusqu’à 150, 180 voire 200 demandeurs à s’occuper ! dans ces conditions, comment assurer un suivi rapproché. Or, on le voit avec le CTP, la clé de la réussite est la disponibilité du conseiller et le suivi. Autre point : des « points emploi » ont vu le jour dans les Relais de Service Public des Communautés de Communes ; or, des subventions attendues depuis 2008/2009 ne sont toujours pas versées pour les investissements réalisés, notamment dans la vallée de la Fave et à Brouvelieures.

 

Le poids financier de l’Etat

 

Alors que les dotations aux maisons de retraite sont essentielles au bon fonctionnement de celles-ci et par conséquent au service aux personnes âgées, les dotations, plus générales, de l’Etat au Conseil Général des Vosges pour compenser les dotations de solidarité transférées (Aide personnalisée à l’Autonomie, APA, Revenu de Solidarité Active, RSA et Prime de Compensation du Handicap, PCH) sont insuffisantes quand la Dotation Globale de Fonctionnement stagne. Pour le Département des Vosges, la dette de l’Etat envers le Conseil Général s’élève déjà à plus de 113 millions d’euros et va s’accroître cette année encore. Déjà, des départements français ont engagé des recours envers le Gouvernement et je compte bien que le nôtre les suivra dans leurs démarches.

 

Concernant les fonds européens, trop souvent oubliés dans les dotations publiques, j’attire votre attention, Monsieur le Préfet, sur les difficultés rencontrées par les gestionnaires de fonds leader, comme le pays de la Déodatie mais cela est vrai dans toute la France. A l’heure où la France a peur de rendre à Bruxelles des crédits non consommés, je regrette que la France ait mis en place un système bureaucratique tellement complexe que, bien que nous ayons attribué des subventions localement depuis 2009, celles-ci ne sont toujours pas débloquées par l’Etat, mettant en difficultés entreprises, associations…

 

La Ruralité

 

Lors de la réorganisation de la gendarmerie, vous m’avez écrit que vous veilleriez au devenir du bâtiment de Brouvelieures afin de lui trouver un usage de service pour les habitants. Qu’en est-il aujourd’hui ?

 

Alors que l’Etat s’apprête à signer un nouveau contrat Etat-ONF-Communes Forestières, deux rapports récents, l’un des services de Bercy en décembre dernier l’autre d’inspecteur généraux en mai semblent remettre en cause le régime forestier et solliciter plus encore les communes qui verraient leurs « frais de garderie » augmenter. Après la tempête de 1999 et la crise économique qui a vu chuter les ventes de bois tant en volume qu’en prix, les communes forestières ne peuvent supporter un nouveau mauvais coup….

 

En matière de captages d’eau, notre département de par son sol greseux et ses forêts de résineux , de nombreuses communes de notre département captent une eau acide qu’elles doivent neutraliser. Avec la disparition de la neutralite, la mise aux normes des stations de neutralisation vont coûter cher aux collectivités et le Conseil Général ne pourra supporter seul l’aide nécessaire. L’Etat devra y participer.

 

Enfin, en ce qui concerne les zones blanches de téléphonie mobile, le Ministre Lemaire m’a informé des communes vosgiennes retenues dans la nouvelle liste nationale des communes à couvrir. Mais qu’en est-il de la suite à donner ? quels financements ? quel calendrier ?

 

Je ne saurais conclure sans aborder la réforme territoriale. Vous connaissez mon opposition à celle-ci ; notamment sur la création du « conseiller territorial »  pour des raisons de parité, de proximité géographique et donc de disponibilité pour les habitants, etc. En ce qui concerne la réforme de l’intercommunalité, si je déplore la méthode (qui n’est pas de votre fait, et je souligne votre volonté de dialogue) qui consiste à imposer des regroupements plutôt qu’à les encourager/susciter, je regrette également le calendrier précipité : pour le dialogue, les élus ont besoin de temps et il conviendrait de leur en laisser plus … il en va de la réussite de cette réforme.


Tags téléphone, services publics, ONF, forêts, Etat, Education Nationale, eau, dette

Share Creative Commons License
retour en haut
Sauf mention contraire, le contenu de ce blog est disponible sous la licence Creative Commons By-Nd
Version 1.2 - Crédits image - Contacter le webmaster webmaster(chez)etiennepourcher.fr