Aller au menu | Aller à l'article | Aller aux commentaires
Bâtiments

Blog d'Étienne Pourcher

0“Quand le feu est à la maison de ton voisin, la tienne est en danger.” Proverbe grec antique

le 28/08/2019 à 18:28 par Etienne - Économie

Comme chaque été, nous avons assisté au retour des incendies de forêts (Grèce, Indonésie…) aussi sûrement qu’au retour des touristes sur les plages ou des melons sur les étals des marchés. Faits nouveaux cette année, la planète a connu des feux en Arctique…De la Sibérie au Canada, des millions d'hectares sont partis en fumée depuis début juin, en raison des températures élevées.

Plus encore, récemment, la planète s’est émue devant les feux en Amazonie, jusqu’à amener le sujet en haut des priorités de discussion du G7 de Biarritz.

 

Incendies de forêts et dérèglement climatique : pourquoi il est urgent d’agir ?

Le dérèglement climatique entraine ces feux. La sécheresse et la chaleur sont évidemment une des causes de ces incendies ; or, l’été 2019 étant plus sec et plus chaud que les précédents est plus propice aux feux de forêts.

Ces feux accélèrent le changement climatique. Le feu émet du C02 en libérant le carbone contenu dans les arbres : Sur le seul mois de juin, les feux dans l’Arctique ont dégagé 50 mégatonnes de CO2, soit autant que les émissions annuelles de pays comme la Suède ou la Hongrie.

Les forêts brûlées sont autant de puits de carbone en moins, chaque arbre absorbant le CO2 de l’atmosphère pour en relâcher l’oxygène d’où le surnom de « poumon » de la planète.

 

Pourquoi une telle émotion suscitée par les feux en Amazonie ?

L’Amazonie est un espace forestier important réparti sur 9 pays dont la France (Guyane) et le Brésil (qui en accueille 60% de la surface).L'Amazonie est la deuxième plus grande forêt du monde, derrière la taïga.

Cette vaste surface forestière en fait le poumon du monde par sa capacité à capter et stocker le CO2 à un moment ou notre terre en a le plus besoin.

Mais le rôle des arbres ne s’arrête pas là : ils captent l’eau des sols pour la faire évaporer et entrainer des pluies ; d’où, avec la déforestation amazonienne, des saisons de pluies plus tardives et plus courtes.

Pour autant, l’Amazonie reste l'une des régions les plus humides de la planète, d'où une grande richesse en biodiversité. Cette forêt est, en effet, un formidable réservoir de biodiversité : animaux comme plantes (dont nous avons besoin par ailleurs pour la chimie et la médecine).

Ceci sans compter que l’Amazonie accueille depuis des siècles des populations autochtones qui vivent souvent en symbiose avec la forêt.

Autant dire qu’un feu de forêt fait disparaître l’ensemble de ces bienfaits et ses conséquences ne sont pas seulement locales, même si elles sont terribles pour les indiens : accroissement du dérèglement climatique pour toute la planète, dégradation de l’air et de la santé des espèces (dont l’Homme), perte de diversité irréversible. C’est pourquoi certains parlent des forêts comme de « biens communs » de l’humanité. Il pourrait donc leur être attribué des droits.

 

Des incendies de cette année en Amazonie inédits par leur ampleur

L’été 2019 connaît une envolée de ces feux en Amazonie et particulièrement au Brésil où vient d’être élu Jair Bolsonaro. : hausse de 84% par rapport à 2018 au Brésil et + 100% dans l’ensemble de l’Amazonie.

Quelle est la cause de cette augmentation inédite dans le nombre d’incendie comme dans leur ampleur ? Le défrichage est souvent mis en cause avec un objectif de production agricole : besoin de terres pour la culture du soja – le Brésil est le 1er exportateur de soja- et besoin de terres pour le pâturages – donc la production de viande bovine pour laquelle le Brésil est également 1er exportateur. Le feu sert à défricher la zone une fois le bois extrait, afin de passer à des fonctions plus lucratives. L’enjeu commercial et financier transparait donc immédiatement.

Il est doublé d’une spéculation foncière parfois animée par des mafias locales. D’où l’usage de la violence (l’appât du gain…), et derrière elle la pauvreté…

L’industrie minière n’est pas en reste qui vise l’exploitation du sous-sol…

 

Un sujet politique : que faire ?

Jair Bolsonaro, immédiatement élu,  a réduit les budgets de l’Ibama, organisme chargé de faire respecter les lois sur l’environnement, ce qui a entraîné une baisse des contrôles, laissant ainsi libre cours aux mécanismes précédemment décris (le défrichement a augmenté de 50% depuis janvier dernier…).

La signature du traité de libre échange entre l’UE et le Mercosur en juin dernier vise à accroître encore les échanges commerciaux donc la production brésilienne de soja et de viande bovine, donc le besoin en espaces fonciers, donc l’accroissement des défrichements… L’annonce par l’Irlande et la France d’un renoncement à ce traité est un premier pas nécessaire. Les autres traités commerciaux internationaux devraient d’ailleurs prendre en compte de façon systématique leur empreinte environnementale. La relecture des traités déjà signés est nécessaire.

Nous devons également être irréprochables… Des défrichements sont accordés en France (Guyane) aussi pour des projets miniers par exemple…

Instituer la forêt en bien commun universel ? c’est une piste juridique à creuser. Dans tous les cas, laisser libre cours aux forces du marché – qui montre là qu’il ne sait pas s’auto-réguler – est impensable. Il faut introduire une régulation permettant à la fois de respecter notre environnement dans le cadre d’un développement économique durable et à la fois de respecter les populations, tant celles qui vivent dans et des forêts que celle des agriculteurs et salariés d’Europe comme d’Amérique latine…


Tags forêt, feux, CO2, changement climatique, carbone, biodiversité, Amazonie

Share Creative Commons License
retour en haut

0Il faut reconstruire la charpente de Notre Dame en bois!

le 02/05/2019 à 20:28 par Etienne - Économie

L’incendie de Notre Dame a marqué les esprit, en particulier par la disparition de la « forêt », charpente de chêne vieille de plusieurs siècles.

Beaucoup a été dit à ce propos

Il est temps de reconstruire ; il faut le faire en bois !

Anne Brugnera, la députée rapporteure du projet de loi de reconstruction de Notre-Dame, a commencé les auditions des professionnels. La loi permet en effet au gouvernement de déroger non seulement aux règles fiscales et administratives, mais aussi aux règles techniques et architecturales protégeant les monuments historiques et prévoit un concours international d'architectes pour reconstruire la flèche, ouvrant la porte à un « geste architectural » plutôt qu'une reconstruction de la flèche de Viollet-Leduc. La charte de Venise de 1964 et la réglementation française imposent une restauration respectant l'apparence (les matériaux pouvant être modernes) et conduite par un architecte en chef des monuments historiques.

Voici pourquoi il faut reconstruire en bois.

D’abord, la combustion de la structure bois a sans doute eu de moindre conséquences sur les murs de pierres que si elle avait été en acier ou en béton ; les pompiers dont il faut souligner le travail exemplaire sur ce feu le savent bien.

Le choix du bois : matériau capteur de CO2  - durant sa croissance il absorbe plus de CO2 qu’il n’en dégage pour sa combustion et peut le conserver pendant des siècles comme la charpente de la cathédrale le montre, il a donc un bilan carbone positif - et renouvelable – par définition l’arbre coupé laisse place à d’autres arbres qui vont à leur tour croître, et la forêt française qui est gérée durablement s’en assure, ceci à la différence des autres ressources fossiles.

Ensuite la forêt française le peut contrairement à ce que certains ont pu dire : le besoin pour reconstruire la charpente de Notre Dame est évalué à 3000 m3 quand on récolte 800 000 m3 de chêne en France chaque année ; de plus les gros bois sont bien présents même si la charpente qui vient de brûler était plutôt un habile assemblage ayant moins eu recours aux gros diamètres, d’où son surnom de « forêt ».

En outre, nous pouvons montrer la capacité humaine actuelle a égaler le magnifique travail des artisans de l’époque. C’est toute une filière française du bois (actuellement déficitaire mais qui regorge de talents) qu’il sera possible de valoriser.

Enfin, c’est l’occasion de montrer la capacité d’innovation de la filière bois aujourd’hui : traitement inifugeant le matériaux, CLT, utilisation d’autres essences que le chêne pour le bois construction, etc.

Par ailleurs, le formidable élan des forestiers montre que plus de chêne que ce qu’il sera nécessaire a été offert : donnons les quantités supplémentaires à la fondation Abbé Pierre pour créer des logement en bois pour les sans logis.

 


Tags Paris, Notre Dame, forêt, charpente, bois, arbre

Share Creative Commons License
retour en haut

0Les dossiers forêt bois sur le bureau du Ministre Didier Guillaume

le 19/10/2018 à 11:14 par Etienne - Économie

 Didier Guillaume vient de succéder à StéphaneTravert au Ministère de l'Agriculture. Bien que le terme "forêt", qui représente pourtant un tiers du territoire français, ne se retrouve pas dans l’intitulé du Ministère, le nouveau Ministre a été conseiller de Jean Glavany alors que celui-ci portait un projet de loi essentiel sur la forêt et corapporteur du projet de loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt au Sénat en 2014. Didier Guillaume devrait donc être connaisseur des questions forestières. Il a devant lui d'importants dossiers sur ce sujet!

La forêt et le bois représentent une opportunité pour la France qui dispose largement de cette ressource : puits de carbone, réservoir de biodiversité, énergie renouvelable, matière première de la bioéconomie, espace de loisirs et de bien-être. Dynamiser la filière forêt bois c'est saisir ces opportunités!

Une actualité urgente à traiter pour le Ministre : le modèle économique affaibli de l’ONF, gestionnaire de la forêt publique. En déficit récurrent du fait d'un modèle économique non pérenne, l'Office connaît des difficultés auxquelles il convient enfin de remédier. La "marche pour la forêt" actuellement en cours en France doit trouver une réponse politique pour l'avenir des forêts publiques et de leur gestion.

Autre dossier brûlant pour le nouveau Ministre : la réalisation d’une usine d’huile de palme en Région PACA, dite « bioraffinerie de la Mède » (autorisation délivrée à Total le 16 mai dernier) représente de la déforestation importée – rappelons que la déforestation représente 10% des émissions mondiales de gaz à effet de serre -. La France veut-elle vraiment continuer à s'engager sur ce projet?

Enfin, autre dossier chaud, le permis d’exploiter – qui doit être délivré cet automne - une mine d’or en Guyane, dit projet « Montagne d’Or », ayant reçu le soutien d’E. Macron fera disparaître 1500 hectares de forêts en plein cœur de l’Amazonie et utilisera une méthode d’extraction au cyanure extrêmement polluant menaçant ainsi la faune et la flore locale.

Des sujets tout aussi importants et récurrent seront également à traiter, comme le déficit extérieur récurrent de la filière. Comment accroître la transformation des bois sur notre sol et donc la création de valeur, pour ne pas rester cantonnés à la production de matière première?

La sous-exploitation de la forêt des particuliers dont on ne prélève que la moitié de l’accroissement annuel. Il existe un potentiel supplémentaire dans la collecte de bois dans la forêt privé, comment le mobiliser?

Nous pourrons juger l'action du nouveau Minsitre à l'aune des réponses qui seront apportées à ces dossiers...


Tags Minsitère, forêt, Didier Guillaume, bois

Share Creative Commons License
retour en haut

0Forêt : les dossiers de F. de Rugy

le 10/09/2018 à 9:49 par Etienne - Économie

La démission de N. Hulot s'est produite sur fond de permis de chasse; même si cet épisode ressemble plus à la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, les questions forestières et de la filière bois ont des dossiers chauds et urgents à traiter par le nouveau Ministre FDR.

Le développement de la filière bois, matériau biosourcé et source d’énergie renouvelable, nécessite des actions concrêtes; de même pour la forêt qui est pourtant également un puissant puit de carbone, allié précieux contre le dérèglement climatique, ainsi qu’un réservoir inégalé de biodiversité.

Un premier test sera celui de la déforestation importée : La volonté du Gouvernement de permettre la réalisation d’une usine d’huile de palme en Région PACA, dite « bioraffinerie de la Mède » (autorisation délivrée à Total le 16 mai dernier) représente de la déforestation importée – rappelons que la déforestation représente 10% des émissions mondiales de gaz à effet de serre -.

Second dossier, le permis d’exploiter – qui doit être délivré cet automne et constitue donc un des premiers actes politiques du nouveau Ministre - une mine d’or en Guyane, dit projet « Montagne d’Or »,ayant reçu le soutien d’E. Macron, fera disparaître 1500 hectares de forêts en plein cœur de l’Amazonie et utilisera une méthode d’extraction au cyanure extrêmement polluant menaçant ainsi la faune et la flore locale. Le récent débat public a montré les réticences locales voire les radicalisations; les compromis sur la dispersion des sites de stockage (pour partager les risques?) ou garanties de l'exploitant sur le traitement des boues scianurées, n'ont semble-t-il pas rassuré...

Le plan climat du Ministre Hulot en juillet 2017, devait pourtant s’appuyer sur le rôle des forêts : quelle action concrète depuis ? Le plan biodiversité devait également s’appuyer sur les espaces forestiers préservés : quelles suites, mise à part la confirmation de la création du Parc National des forêts de feuillus de Champagne – Bourgogne lancé il y a quelques années. Autant de pistes d'actions à l'aune desquelles le nouveau Ministre pourra être jugé.

La forêt publique a un rôle majeur à jouer, en particulier avec son gestionnaire, l’ONF, en partie sous tutelle du Ministère chargé de l’environnement et dont la situation financière devra être stabilisée. Là aussi un chantier d'envergure.


Tags Hulot, forêt, filière bois, De Rugy, climat, biodiversité

Share Creative Commons License
retour en haut

0Investissement forestier : un passage obligé!

le 24/11/2017 à 11:10 par Etienne - Économie

Sans investissement forestier, pas de dynamisme de la filière bois, moins de captation/stockage de carbone! Pourtant, les investissements forestiers sont soumis à risques et faibles rendements, ils nécessitent donc un soutien public que deux décisions récentes viennent de conforter :

- l'ordonnance du 4 octobre 2017 portant modernisation du cadre juridique de la gestion d'actifs reconnait les Groupements Forestiers d'Investissement, sortes de SCPI permettant de ne plus avoir à supporter la gestion forestière tout en investissant dans la forêt;

- l'article 16 du 2e Projet de Loi de Finance Rectificative 2017 prévoit de prolonger jusqu'au 31/12/20 le dispositif DEFI-Forêt (Dispositif d'Encouragement Fiscal à l'Investissement forestier). Il s'agit d'une réduction d'impôt sur le revenu en faveur de l'investissement forestier concernant les acquisitions de bois et forêts (volet "acquisition") et les cotisations d'assurance versées pour couvrir les domaines forestiers, notamment contre le risque de tempête (volet "assurance"). Mais aussi un crédit d'impôt sur le revenu portant sur les travaux forestiers (volet "travaux") et les rémunérations dans le cadre d'un contrat de gestion (volet "contrat").

Deux chiffres éloquents :

La France avec 17 Millions d' hectares de forêts produit 26 Millions de m3 de bois alors qu'en Allemagne la forêt permet de produire 43 M m3 pour 11,4 M ha.

En France seuls 50% des coupes à blancs sont reboisés, soit 50 millions de plants / an contre 110 millions en 1994. 

L’investissement forestier est le garant de l’avenir de l’industrie "filière bois" en France. 


Tags investissement , industrie, forêt, finance, bois

Share Creative Commons License
retour en haut

0Publication des actes du colloque "Approches territorialisées des usages de la forêt"

le 20/11/2017 à 9:13 par Etienne - Économie

Les forêts sont largement ancrées dans des territoires dont les spécificités déterminent les usages qui en sont faits. Inversement, ces usages forestiers participent à l’identité des territoires. Il n’est donc guère étonnant que la notion de territoire soit prégnante pour les forêts. C’est pourquoi l’édition 2017 du colloque du réseau des sciences économiques, humaines et sociales (SEHS) du GIP Ecofor a été consacrée aux « approches territorialisées de la forêt ». Elle s’est tenue à Paris le 12 janvier et a réuni plus de 120 personnes autour de 32 communications de diverses natures : des travaux scientifiques bien sûr, mais aussi des retours d’expériences, des initiatives locales et des témoignages d’acteurs publics et privés. Le colloque a ainsi permis de réinterroger à la fois la notion de territoire et la place qu’y occupent les espaces boisés.Trois thématiques ont structuré l’ensemble des présentations : La fourniture de biens et services écosystémiques forestiers dans les territoires et la contribution des forêts à leur identité ; La forêt source de tensions dans les territoires car elle cristallise les débats citoyens sur les arbitrages à y effectuer ; Les territoires berceaux d’instruments innovants pour la forêt. C’est le fruit croisé de la dynamique des acteurs de terrain et du caractère multifonctionnelle des forêts.

les actes du colloque sont là : http://docs.gip-ecofor.org/public/Reseau_SEHS_Recueil_des_resumes_vf.pdf

j'ai tenté de répondre à la question de la valorisation forestière pour le développement des territoires


Tags territoire, SEHS, forêt, bois

Share Creative Commons License
retour en haut

2La forêt française : une opportunité sous-exploitée

le 22/10/2017 à 17:42 par Etienne - Économie

Un récent rapport soulignait la "sous-exploitation" de la forêt française. Or, les opportunité de dynamiser son utilisation sont d'actualité : loi sur l'abandon des hydrocarbures, prochaine Programmation Pluriannuelle de l'Energie, voire même Impôts sur la Fortune (l'immobilier)...

La forêt recouvre 1/3 du territoire national, en augmentation depuis la seconde guerre mondiale (5 M ha d’accru sur le foncier agricole principalement du à la déprise agricole) ; cette augmentation de surface se couple d’un accroissement en volume du fait d’un prélèvement inférieur à l’accroissement naturel.

Or, la Forêt est un domaine éminemment prévisible (on peut prévoir à long terme les volumes et les essences). Il est donc possible de tracer des perspectives d’utilisation de cette offre de bois (innovation dans les usages) pour revenir à l’équilibre prélèvement/croissance, c’est-à-dire à une gestion durable (cycle d’exploitation forestière équilibré).

En outre, une bonne utilisation de l’accru forestier permet de maximiser la capacité d’absorption de carbone de nos forêts tout en fournissant une filière potentiellement créatrice d’emplois et dont la balance commerciale est encore aujourd’hui déficitaire.

L’adaptation de l’offre à la demande ne peut se faire que sur le long terme pour respecter les cycles forestiers. C’est donc plutôt par la dynamisation de la demande – l’aval de la filière – que cette mobilisation sera rendue possible. Aujourd’hui de nombreuses innovations permettent d’envisager une plus grande utilisation de la fibre de bois, ressource renouvelable : les produits de la filière (hydrates de carbone) sont substituables à l’essentiel des produits de la pétrochimie avec l’avantage d’être renouvelable et neutre en termes de bilan carbone.

Outre les bâtiments de grande hauteur véritablement innovants mais peu adaptés à la ressource française (dont seul un tiers est composé de résineux), c’est par le développement des usages du bois dans nos usages quotidiens (vélo, lunettes…), l’apparition de nouveaux matériaux biossourcés (bois translucide), de nouveaux outils (imprimante 3D) que la ressource sera mobilisée. Le soutien à l’innovation, par exemple dans le plan Pisani-Ferry est l’opportunité de cette mandature (ce quinquennat) pour répondre aux objectifs cités, comme l’a été – et continue – le Programme des Investissements d’Avenir.

A l’heure où le parlement vote la fin de l’exploitation des hydrocarbures, il est nécessaire de réfléchir aux matériaux de substitution ainsi qu’aux énergies de demain et le bois est une des réponses possibles, rare matériau renouvelable et source d’énergie soutenable, dans le cadre d’une bonne gestion de la ressource. Outre le soutien à l’innovation déjà cité, les objectifs de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie et l’accroissement du fonds chaleur seront les outils de ce développement.

Une autre voie de mobilisation de la ressource est la fiscalité. Le bois peut s’apparenter à une rente lorsqu’il est thésaurisé et non pas mobilisé dans des plans de gestion effectivement mis en œuvre. La soumission à un investissement productif/mise en œuvre du plan de gestion, de la defiscalisation de la forêt de l’impôt sur le patrimoine immobilier peut être une piste en ce sens.

Le bois est une opportunité pour la France et une chance pour la planète. Saisissons-là !

 


Tags innovation , forêt, fiscalité, bois, énergie

Share Creative Commons License
retour en haut

0Innovation et investissement pour l'amont forestier

le 03/08/2017 à 16:02 par Etienne - Économie

Lancé en décembre 2016, cet appel à projets national, financé par le Fonds stratégique de la forêt et du bois (FSFB), a recueilli 111 candidatures : 89 projets à l'échelon régional et 22 projets à l'échelon national. Au terme d'un processus de sélection régional puis national, 35 projets ont été retenus, dont 13 devront faire l'objet d'une révision de leur périmètre. Tous les porteurs de projets seront avertis individuellement.

Les 29 projets régionaux retenus se répartissent dans 11 régions métropolitaines et deux départements d'outre-mer (Guadeloupe et Guyane). En outre, 6 projets d'envergure nationale ont été retenus.

La sélection a mis l'accent sur les projets d'investissement les plus innovants et les plus opérationnels à court terme. Ceux-ci couvrent l'ensemble des thématiques du Programme national de la forêt et du bois (PNFB) : connaissance, exploitation et valorisation de la ressource forestière, adaptation de la ressource et de la sylviculture au changement climatique, gestion durable de la forêt.

Comme l'imposait le cahier des charges, les projets sont collectifs et marqués par la diversité des acteurs, soit comme porteurs de projets soit comme partenaires, puisque des organismes de recherche, des entreprises privées, des coopératives forestières, des établissements publics forestiers… sont représentés.

La liste des 35 lauréats

Région Nom et description du projet Nom du porteur de projet
Auvergne-Rhône-Alpes Mobiliser à l'échelle territoriale par l'innovation et la synergie (METIS)

URACOFOR ARA

Bourgogne-Franche-Comté Adapter les process de transformation du Douglas CNPF / CRPF Bourgogne-Franche-Comté
Centre Val-de-Loire Du peuplier pour l'avenir CNPF / CRPF Ile-de-France Centre
Corse Exploitation par câble-mât en Corse SAS ABC
Grand Est

Extractibles forestiers de l'Est

INRA Grand-Est Nancy
Grand Est Le TVS 20 SAS Vigneau Matériel Forestier
Grand Est Optimisation des travaux sylvicoles post-tempête AgroParisTech centre de Nancy
Grand Est Forêt Irrégulière Ecole : un « Forest Lab » pour innover et partager Pro Silva France
Grand Est Mise en place d'outils de cartographie de la ressource pour le suivi de la gestion forestière par télédétection CNPF / CRPF Grand-Est
Hauts-de-France Qualification de la ressource en amont et commercialisation des bois vers l'aval Nord Picardie Bois
Normandie

FERTICENDRES

Biomasse Normandie
Nouvelle-Aquitaine Douglas : du plant à l'arbre Groupe Coopération forestière (GCF)
Nouvelle-Aquitaine Ressources génétiques et innovation variétale chez le pin maritime INRA Bordeaux-Aquitaine
Nouvelle-Aquitaine Taeda de France SARL Pépinières Naudet
Nouvelle-Aquitaine MOBIBOIS PYRLIM ONF Pyrénées Atlantiques
Nouvelle-Aquitaine Chaîne numérique d'informations au service de la compétitivité des entreprises Comité de développement Forêt Bois Aquitaine (CODEFA)
Nouvelle-Aquitaine Observatoire « territoires-gibiers » Groupement d'Intérêt Public Aménagement de Territoire et Gestion des Risques (GIP ATGeRi)
Nouvelle-Aquitaine NEOSYLVAQ Cabinet COUDERT
Nouvelle-Aquitaine

Qualification spatialisée de la ressource en pin

Syndicat des Sylviculteurs du Sud-Ouest (SSSO)

Occitanie Développer et valoriser le dispositif « Forêt Irrégulière Ecole » un concept unique et précurseur en France CNPF / CRPF Languedoc-Roussillon
Occitanie INNOV'ILEX : la gestion durable du chêne vert au service de son innovation ! CNPF CRPF Occitanie
Occitanie MécaFOx – Mécanisation de l'exploitation des feuillus en Occitanie Alliance Forêts Bois (AFB)

Provence Alpes Côte d'Azur

MEDForFUTUR

CNPF / CRPF Provence Alpes Côte d'Azur

Pays de la Loire

CONQueTh Capacité d'Occupation du Nord par les Qurercus Thermophiles

CNPF CRPF Bretagne Pays de la Loire

Guadeloupe

Développement de la mobilisation de la ressource en Mahogany et autres essences en Guadeloupe

ONF DR Guadeloupe

Guyane

PLATEXFOR

ONF DR Guyane

Guyane

Banque de semences forestières de Guyane Française

SCEA L'AgroForestière

Guyane

CartoDiv

Institut de recherches pour le Développement (IRD)

Guyane

DendroLidar

Institut de recherches pour le Développement (IRD)

Projet national

RESeau national multiPartenaire d'Evaluation de Ressource gENétiques foreStièrEs pour le futur - ESPERENSE

RMT AFORCE

Projet national

Forêts-21

INRA Bordeaux

Projet national

Adaptation des pépinières forestières françaises à l'environnement de demain

Syndicat National des Pépiniéristes Forestiers (SNPF)

Projet national

Exosquelettes pour le travail en forêt (EXTRAFOR)

EXHAUSS

Projet national

Sécurisation de l'approvisionnement en Matériel Forestier de Reproduction (graines et plants) en quantité et en qualité dans un contexte de changements globaux (SECUR-MFR)

INRA Orléans

Projet national XYLODENSMAP INRA Grand-Est Nancy

 


Tags innovation, forêt, bois

Share Creative Commons License
retour en haut

0Acheter un (vrai) sapin de Noël, un geste bon pour la nature et l'économie

le 03/01/2017 à 10:05 par Etienne - Économie

article paru sur le Huffington Post le 24/12/16 et que j'ai eu le plaisir de cosigner :

Lorsque vous allez vous réunir autour du sapin de noël avec vos enfants le 25 décembre, vous allez d'abord voir la joie de vos enfants. Vous oublierez ce sapin, chargé des guirlandes et lampions de la fête, ce sapin dont vous allez vous débarrasser bientôt.

Et pourtant, cet arbre est bien autre chose que cet instrument de félicité. Il est aussi l'ambassadeur à votre domicile d'une économie prometteuse, une économie qui loin d'être nostalgique est tournée vers l'avenir, vertueuse, bas carbone : celle de la filière forêt/bois.

Ce regard pousse à voir ce sapin différemment. Devant nous, est érigé un processus de captation et de stockage du carbone. Pour arriver dans votre salon, il aura participé d'un écosystème productif pendant 8 ans s'il s'agit d'un sapin de Nordmann, 5 ans s'il s'agit d'un épicéa. Ainsi votre sapin lutte contre le réchauffement climatique en ayant capté le carbone. 50% environ de son poids sec est du carbone. Si nous élargissons cette analyse à l'ensemble de la filière, c'est ce qui fait dire au GIEC qu'une sylviculture durable est essentielle à la lutte contre le réchauffement climatique. En France, nous comptons 16,1 M d'hectares de bois et forêts. A raison de 400 à 700 tonnes de CO2 absorbés à l'hectare, c'est 12% de la production de CO2 annuel de la France qui est ainsi écartée de l'atmosphère.

Et le cycle vertueux de ce sapin n'est pas terminé. Vous pouvez le recycler dans les points de collecte organisés à cet effet dans vos communes. Le sapin va pouvoir vivre d'autres vies.

Comme bois énergie d'abord, dûment transformé en copeaux ou en granulés, le sapin a une haute valeur énergétique; il pourra aussi être transformé dans une filière de biofioul autre utilisation au bilan carbone neutre. Mais ce n'est pas tout. Le bois nous permet désormais de rentrer dans la bioéconomie du futur poussant l'innovation dans cette filière industrielle et fixant les emplois dans les territoires ruraux.

La matière ligneuse qui le compose pourra ainsi servir à de multiples usages de haute technologie. Elle peut entrer dans la fabrication de filaments destinés aux imprimantes 3D, être retravaillée au point de permettre la composition de panneaux en bois translucides, grâce à la formidable innovation du jeune Français Timothée Boitouzet, servir au papier ou aux tissus de vos sacs de caisse qui remplacent ceux qui forment le continent de plastique en mer, de matériau isolant, ou encore servir plus prosaïquement de compost... autant d'usages vertueux capteurs de CO2, dépolluants, mais aussi facteurs de valeur ajoutée pour l'économie.

Devenu adulte, c'est à dire vers 50 ans, un sapin pourra produire le bois nécessaire à vos charpentes et à l'édification des bâtiments de grande hauteur en bois qui a fait l'objet d'une forte initiative du Gouvernement et de certaines villes comme Bordeaux ou Lyon. Il pourra même entrer dans la composition des éoliennes en bois, qui produiront l'énergie décarbonée de demain tout en stockant elles-mêmes du carbone.

Votre sapin est le symbole de cette forêt française qui recèle les richesses propices à l'économie de la transition écologique et énergétique de demain, de cette filière forêt bois encore en construction qui mérite l'attention de tous. Il y a ici 60 Mds € de chiffre d'affaire, 440 000 emplois et des perspectives de développement très importantes, dans l'énergie, la construction, la chimie verte, la pharmacie, l'aménagement et la gestion des forêts...

Ne soyez pas inquiets pour nos forêts. Au nom de l'environnement, vous avez pu hésiter à acheter un sapin de Noël naturel, on vous a peut-être même poussé à acheter des sapins en plastique fabriqués en Chine, hérésie environnementale absolue ! La réalité, c'est que la France a gagné plus de 6 millions d'hectares de forêt depuis un siècle ; que pour 100 m3 de croissance du bois, nous n'en exploitons actuellement que 50, laissant la forêt croître encore. La réalité est aussi que votre sapin a été cultivé spécialement comme arbre de Noël et que sa coupe ne porte aucun préjudice à la nature.

C'est une bonne nouvelle car cela signifie que la marge existe pour une l'économie circulaire de l'innovation environnementale à construire. Elle permettra de prendre soin des territoires de production et de transformation, d'inciter à l'innovation écologique mais aussi politique qui nous émancipera de l'économie mortifère du carbone.

Votre sapin est porteur de valeurs symboliques, écologiques et économiques que vous ne soupçonnez pas. C'est pourquoi il est le meilleur symbole de ce monde durable dont nous devons faire cadeau à nos enfants.


Tags sapin, forêt, filière bois

Share Creative Commons License
retour en haut

0Des financements pour l'amont de la filière bois et l'innovation

le 08/11/2016 à 18:58 par Etienne - Économie

Faisant suite à l'annonce qu'il avait faite à l’occasion du colloque « Pour un essor de la filière forêt-bois », organisé par l’Association française des eaux et des forêts (AFEF) le 26 septembre dernier, Stéphane LE FOLL, Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la Forêt présidait ce jour une « Conférence des financeurs pour l'amont forestier » afin, notamment, de préciser les modalités d’intervention du Fonds stratégique Forêt-bois dont la capacité d'intervention de 28 M€ a été quasiment triplé dans le budget 2017 par rapport à 2016. .

Le Ministre a notamment annoncé le lancement - en décembre - d'un appel à projet (AAP) dédié aux investissements innovants pour l'amont forestier. Cet AAP, doté de 15M€ au sein de l'enveloppe de 28 M€, permettra d'accompagner les projets innovants et collectifs, qui concourent à l'atteinte des objectifs du Programme national forêt-bois (PNFB) et à la mise en œuvre du « Plan Recherche-Innovation 2025 pour la filière forêt-bois » (remis en avril dernier). Il pourra s'agir, par exemple, de projets permettant d'améliorer la gestion forestière (regroupement, recherche génétique, etc), de développer l'accessibilité des massifs et de faciliter l’acheminement du bois vers les sites de transformation, d’améliorer l’exploitation forestière dans un souci d'ergonomie et de réduction de l'impact sur les milieux, etc.

La « Conférence des financeurs » a également permis de concrétiser une recommandation du volet financier du Plan Recherche-Innovation 2025 pour la filière forêt-bois, en présentant un outil de financement innovant permettant l’activation financière des GIEEF. Le dispositif vise à offrir aux investisseurs la possibilité d’affecter leurs capitaux à des instruments reposant sur un actif réel – les forêts - regroupés en gestion au travers de l'outil GIEEF – dotés d’un rendement attractif issue de l’exploitation durable des forêts, garanti par un organisme public. Une expérimentation sera lancée d'ici janvier 2017 afin de tester cette initiative dans un premier temps, et la développer dans un second temps.

« Ces nouveaux moyens dédiés à la filière forêt-bois doivent permettre de renforcer l’ambition que, je porte en tant que Ministre de la Forêt depuis 2012, avec mes collègues du gouvernement, au service de cette filière d’excellence, secteur d'avenir générateur de valeur ajoutée et d’emplois, pour les territoires ruraux en particulier, et atout décisif pour la transition écologique de l'économie française », a souligné Stéphane LE FOLL.


Tags innovation, forêt, financements, bois

Share Creative Commons License
retour en haut
Sauf mention contraire, le contenu de ce blog est disponible sous la licence Creative Commons By-Nd
Version 1.2 - Crédits image - Contacter le webmaster webmaster(chez)etiennepourcher.fr