Aller au menu | Aller à l'article | Aller aux commentaires
Bâtiments

Blog d'Étienne Pourcher

0Sur l'écharpe de Maire : des glands d'or pour placer la forêt au premier plan?

le 03/03/2020 à 8:40 par Etienne - Réflexions

La forêt dans les élections municipales : un choix citoyen

L’actualité récente a (re)mis en lumière l’arbre et la forêt, avec les feux de forêts en Amazonie puis en Australie et leurs conséquences dramatiques sur la biodiversité ainsi que sur le changement climatique, par les volumes de CO2 rejetés dans l’atmosphère. Si, malheureusement, nous nous habituons aux épisodes de feux forestiers, force est de constater leur récurrence, leur intensité toujours croissante et l’élargissement de leur saisonnalité – l’été n’étant plus le seul temps réservé pour ces catastrophes. Les citoyens ne s’y trompent pas, qui y sont de plus en plus attentifs et se mobilisent partout dans le monde, y compris en France.

Nos concitoyens ont bien intégré, en effet, outre les effets catastrophiques des feux, à l’inverse le rôle joué par la forêt dans le captage de CO2 – l’arbre reste la machine la plus performante, avec l’océan, pour capter les gaz à effets de serre que nos activités humaines rejettent dans l’air et donc les meilleurs purificateurs d'air -, mais aussi dans la préservation de la biodiversité – la forêt amazonienne est essentielle pour la fabrication de nombreux médicaments par exemple -, et enfin, de façon encore plus immédiate et pratique, le rôle rafraîchissant des forêts climatiseurs naturels - en périodes de hausse des température – particulièrement lors des épisodes caniculaires devenus de plus en plus fréquents.

Si les citoyens sont sensibilisés, ils sont en attente de propositions et demandent légitimement de leurs représentants des actes concrets en faveur de la forêt. Les élections municipales en sont une occasion particulièrement remarquée

Les propositions des candidat.e.s aux élections municipales sont à ce sujet nombreuses et diverses, tant en zone rurale qu’en zone urbaine.

Dans les métropoles forêts urbaines et micro forêts fleurissent dans tous les programmes. S’il s’agit souvent de verdir son programme, c’est aussi de véritables prises de conscience sylvicoles qui surgissent. A Paris même, Anne Hidalgo a fait sensation avec la proposition de créer des forêts urbaines Ainsi, le parvis de l'Hôtel de Ville (IVe), celui de la gare de Lyon (XIIe), la placette derrière l'opéra Garnier (IXe) et les voies sur berge (IVe) seront désormais garnis d'arbres. De même, Benjamin Grivaux, alors candidat à la mairie de Paris avait proposé rien de moins que de déplacer la gare de l’Est pour y créer un Central Parc ! Partout, les mini forêts urbaines « fleurissent » ! à Marseille Martine Vassal (LR) a présenté son nouveau projet de "forêt urbaine", vaste plan d'agrandissement (de 18 à 40 hectares) du parc Borély vers la mer ... à Toulouse : La première micro-forêt de la Ville rose verra le jour en mars, à Rangueil, le « collectif micro-forêt de Toulouse en Transition » va planter 1.200 arbres sur un terrain de 400 m2 en plein cœur de la Ville rose. A Nantes chaque candidate y va de sa proposition : Laurence Garnier (Les Républicains), propose par exemple la plantation de 110.000 arbres en dix ans et la création d’un nouveau parc, le « Procé du XXIe siècle », sur l’île de Nantes. Valérie Oppelt (LREM), elle, imagine l’apparition de « mini-forêts dans les 11 quartiers », et annonce qu’elle « préservera le poumon vert qu’est le square Daviais ». La candidate EELV Julie Laernoës avec de nombreuses propositions, allant de la « débitumisation de certaines rues et cours d’école », à « la sanctuarisation des arbres anciens », en passant par « l’objectif de zéro artificialisation ». La maire de Nantes, Johanna Rolland, s’engage à la création de 150 îlots de fraîcheur, notamment dans les Ehpad et les crèches. On le voit, cette volonté de faire revenir l’arbre en ville traverse tous les partis. Reste au citoyen électeur à en extraire le plus efficace… ou à prendre l’initiative ! ainsi, de nombreuses associations ou collectifs de citoyens mettent en place des micro-forêts, inspirés par la méthode Miyawaki, pour concevoir des forêts urbaines à haut potentiel de biodiversité, de végétalisation, et de lien social… tels Minibigforest, Arboretoom… faire pousser 300 arbres sur l’équivalent de 6 places de parking, c’est possible. La méthode, qui consiste à créer une micro-forêt native, a été mise au point par un botaniste japonais, Akira Miyawaki : 10 fois plus rapide, 30 fois plus dense, 100 fois plus de biodiversité qu’une forêt traditionnelle… annoncent les initiateurs comme aux Sorinières dans l’agglomération nantaise. Reste à prouver l’efficacité de ces solutions, mais elles contribuent déjà à recréer du lien entre les planteurs ainsi qu’entre les citoyens et l’arbre.

Evidemment, les zones rurales ne sont pas en reste, où l’enjeu de l’adaptation des forêts au changement climatique, aux sécheresses, aux attaques de scolytes sont prégnantes. Au-delà des travaux de l’INRA et particulièrement de son laboratoire de Nancy, nombreux sont les maires et les candidats qui s’inquiètent pour l’avenir de leurs forêts. Celles-ci couvrent plus du quart du territoire métropolitain et les communes forestières sont nombreuses en France. Celles qui trouvent de la forêt sur leur territoire comme celles qui en possèdent. Pour ces dernières, l’enjeu est également financier. L’invasion des scolytes ces derniers mois y a fait plus de dégâts que la grande tempête de 1999 !! Avec les coupes nécessaires pour éviter la propagation, les volumes de bois mis en vente sont gigantesques et les prix s’effondrent. Dans les forêts des particuliers, laissées à la libre administration des propriétaires (sauf les plus grandes soumises à des plans de gestion) la baisse des revenus incite à ne pas replanter, voire même à ne pas couper, laissant l’épidémie progresser. Les maires disposent alors de peu de moyens d’agir… L’aide de l’Etat, par solidarité nationale et pour les services rendus par la forêt, tarde à venir – l’Allemagne y a déjà consacré 800 millions d’euros ! - . Les élections municipales sont alors l’occasion de s’interroger, dans ces communes forestières, sur l’avenir de ces espaces boisés. Quelles essences replanter ? quelle vocation pour demain entre les objectifs de captation de CO2, de préservation de la biodiversité, de loisirs… ? Ainsi la Fédération nationale des Communes forestières est associée au programme de recherche S'EnTET, qui signifie « s'Engager pour la Transition Ecologique dans les Territoires ». Ce projet est porté par l'Inra, AgroParisTech, le FCBA, FNE, le GIP Ecofor, l'Université de Lorraine, l'Université Panthéon-Sorbonne et la Fédération nationale des Communes forestières. Ce projet est financé par l'ADEME. Dans le contexte actuel de changement climatique et de transition écologique, les fonctions et usages des forêts sont fortement fragilisés. Les incertitudes pèsent quant à leur futur et vont demander de prendre pour l'avenir des décisions importantes quant aux objectifs donnés à ces espaces. Les élus seront les premiers sollicités. Cette étude a pour objectif de les accompagner.

Alors, la foresterie dans les élections municipales : une différenciation politique? Si au niveau européen la forêt est un enjeu politique – forêts de production contre forêts de préservation selon les pays – tout comme au plan national – quel avenir pour le service public de l’ONF et le statut de ses agents en France par exemple ? – au niveau local, l’accroissement de la forêt y compris en zone dense urbaine, semble faire consensus. Il reste néanmoins à analyser la crédibilité des propositions et surtout la réalité de leur mise en œuvre. A Milan, le Maire, Giuseppe Sala, a décidé de planter 3 millions d'arbres d'ici à 2030, le triple du nombre de ses habitants, et il assure qu'à terme sa forêt urbaine permettra d'abaisser de 2 degrés la température moyenne de la ville et d'absorber 5 millions de tonnes de CO2 par an, soit 80 % de l'ensemble de ses émissions. Au-delà de la visibilité des forêts urbaines, il y a à prendre en compte également l'utilisation du bois dans les constructions urbaines par exemple. A la veille du premier forum mondial des forêts urbaines, un appel invitait tous les professionnels de l'urbanisme à considérer l'arbre « comme un partenaire de la ville du futur ». Accroître les surfaces perméables, transformer les toits en jardins, végétaliser les murs, clôtures et barrières urbaines, développer des oasis vertes et des surfaces agricoles, créer des coulées vertes, planter des bois…Vaste programme! Déjà, le Senseable Lab du Massachusetts Institute of Technology (MIT) a classé la couverture de la canopée verte dans plusieurs villes du monde en utilisant le panorama Google Street View...Au citoyen de trancher !


Tags municipales , métropole, Maire, forêts, commune, élections

Share Creative Commons License
retour en haut

0Rapport des services de l'Etat dans les Vosges

le 24/06/2011 à 22:02 par Etienne - Vosges

Chaque année, le Préfet vient devant le Conseil Général des Vosges présenter le rapport des services de l’Etat dans le Département. C’est l’occasion pour les élus de l’interroger sur les politiques mises en œuvre.

 

Voici les points sur lesquels j’ai interrogé Monsieur le Préfet cette année :

 

L’emploi

 

Le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite a des conséquences non négligeables sur le service rendu au public. Si certains slogans de campagne populistes sur le nombre de fonctionnaires ont pu être repris, je ne m’inscris pas dans cette logique tant je considère que les fonctionnaires qu’ils soient d’Etat, de la Fonction Publique territoriale ou encore hospitalière sont au service de l’intérêt général. Ainsi, la mise en œuvre de la RGPP dans notre département concerne beaucoup de services publics, comme par exemple l’Education Nationale et j’attire l’attention de M. le Préfet sur l’inquiétude des parents d’élèves, enseignants et élus. Par ailleurs cela concerne tout aussi bien les fermetures de classes dans le primaire que les dotations horaires des collèges, de la compétence du Conseil Général ou des Lyçées. Cela a des conséquences sur la qualité de l’enseignement dans un Département où les problèmes économiques et sociaux sont déjà grands… Par ailleurs, le sort réservé aux Auxiliaires de Vie Scolaire qui voient leurs contrats arriver à échéance et n’être pas renouvelé est souvent éprouvant pour eux alors qu’ils avaient démontré leur utilité.

 

Par ailleurs, l’emploi privé est également au cœur de mes préoccupations et le niveau du chômage dans notre département est insupportable. Pour aider les vosgiens à retrouver du travail, pôle emploi doit avoir les moyens nécessaires et j’entends dire que les conseillers ont jusqu’à 150, 180 voire 200 demandeurs à s’occuper ! dans ces conditions, comment assurer un suivi rapproché. Or, on le voit avec le CTP, la clé de la réussite est la disponibilité du conseiller et le suivi. Autre point : des « points emploi » ont vu le jour dans les Relais de Service Public des Communautés de Communes ; or, des subventions attendues depuis 2008/2009 ne sont toujours pas versées pour les investissements réalisés, notamment dans la vallée de la Fave et à Brouvelieures.

 

Le poids financier de l’Etat

 

Alors que les dotations aux maisons de retraite sont essentielles au bon fonctionnement de celles-ci et par conséquent au service aux personnes âgées, les dotations, plus générales, de l’Etat au Conseil Général des Vosges pour compenser les dotations de solidarité transférées (Aide personnalisée à l’Autonomie, APA, Revenu de Solidarité Active, RSA et Prime de Compensation du Handicap, PCH) sont insuffisantes quand la Dotation Globale de Fonctionnement stagne. Pour le Département des Vosges, la dette de l’Etat envers le Conseil Général s’élève déjà à plus de 113 millions d’euros et va s’accroître cette année encore. Déjà, des départements français ont engagé des recours envers le Gouvernement et je compte bien que le nôtre les suivra dans leurs démarches.

 

Concernant les fonds européens, trop souvent oubliés dans les dotations publiques, j’attire votre attention, Monsieur le Préfet, sur les difficultés rencontrées par les gestionnaires de fonds leader, comme le pays de la Déodatie mais cela est vrai dans toute la France. A l’heure où la France a peur de rendre à Bruxelles des crédits non consommés, je regrette que la France ait mis en place un système bureaucratique tellement complexe que, bien que nous ayons attribué des subventions localement depuis 2009, celles-ci ne sont toujours pas débloquées par l’Etat, mettant en difficultés entreprises, associations…

 

La Ruralité

 

Lors de la réorganisation de la gendarmerie, vous m’avez écrit que vous veilleriez au devenir du bâtiment de Brouvelieures afin de lui trouver un usage de service pour les habitants. Qu’en est-il aujourd’hui ?

 

Alors que l’Etat s’apprête à signer un nouveau contrat Etat-ONF-Communes Forestières, deux rapports récents, l’un des services de Bercy en décembre dernier l’autre d’inspecteur généraux en mai semblent remettre en cause le régime forestier et solliciter plus encore les communes qui verraient leurs « frais de garderie » augmenter. Après la tempête de 1999 et la crise économique qui a vu chuter les ventes de bois tant en volume qu’en prix, les communes forestières ne peuvent supporter un nouveau mauvais coup….

 

En matière de captages d’eau, notre département de par son sol greseux et ses forêts de résineux , de nombreuses communes de notre département captent une eau acide qu’elles doivent neutraliser. Avec la disparition de la neutralite, la mise aux normes des stations de neutralisation vont coûter cher aux collectivités et le Conseil Général ne pourra supporter seul l’aide nécessaire. L’Etat devra y participer.

 

Enfin, en ce qui concerne les zones blanches de téléphonie mobile, le Ministre Lemaire m’a informé des communes vosgiennes retenues dans la nouvelle liste nationale des communes à couvrir. Mais qu’en est-il de la suite à donner ? quels financements ? quel calendrier ?

 

Je ne saurais conclure sans aborder la réforme territoriale. Vous connaissez mon opposition à celle-ci ; notamment sur la création du « conseiller territorial »  pour des raisons de parité, de proximité géographique et donc de disponibilité pour les habitants, etc. En ce qui concerne la réforme de l’intercommunalité, si je déplore la méthode (qui n’est pas de votre fait, et je souligne votre volonté de dialogue) qui consiste à imposer des regroupements plutôt qu’à les encourager/susciter, je regrette également le calendrier précipité : pour le dialogue, les élus ont besoin de temps et il conviendrait de leur en laisser plus … il en va de la réussite de cette réforme.


Tags téléphone, services publics, ONF, forêts, Etat, Education Nationale, eau, dette

Share Creative Commons License
retour en haut
Sauf mention contraire, le contenu de ce blog est disponible sous la licence Creative Commons By-Nd
Version 1.2 - Crédits image - Contacter le webmaster webmaster(chez)etiennepourcher.fr