Aller au menu | Aller à l'article | Aller aux commentaires
Bâtiments

Blog d'Étienne Pourcher

0Sur l'écharpe de Maire : des glands d'or pour placer la forêt au premier plan?

le 03/03/2020 à 8:40 par Etienne - Réflexions

La forêt dans les élections municipales : un choix citoyen

L’actualité récente a (re)mis en lumière l’arbre et la forêt, avec les feux de forêts en Amazonie puis en Australie et leurs conséquences dramatiques sur la biodiversité ainsi que sur le changement climatique, par les volumes de CO2 rejetés dans l’atmosphère. Si, malheureusement, nous nous habituons aux épisodes de feux forestiers, force est de constater leur récurrence, leur intensité toujours croissante et l’élargissement de leur saisonnalité – l’été n’étant plus le seul temps réservé pour ces catastrophes. Les citoyens ne s’y trompent pas, qui y sont de plus en plus attentifs et se mobilisent partout dans le monde, y compris en France.

Nos concitoyens ont bien intégré, en effet, outre les effets catastrophiques des feux, à l’inverse le rôle joué par la forêt dans le captage de CO2 – l’arbre reste la machine la plus performante, avec l’océan, pour capter les gaz à effets de serre que nos activités humaines rejettent dans l’air et donc les meilleurs purificateurs d'air -, mais aussi dans la préservation de la biodiversité – la forêt amazonienne est essentielle pour la fabrication de nombreux médicaments par exemple -, et enfin, de façon encore plus immédiate et pratique, le rôle rafraîchissant des forêts climatiseurs naturels - en périodes de hausse des température – particulièrement lors des épisodes caniculaires devenus de plus en plus fréquents.

Si les citoyens sont sensibilisés, ils sont en attente de propositions et demandent légitimement de leurs représentants des actes concrets en faveur de la forêt. Les élections municipales en sont une occasion particulièrement remarquée

Les propositions des candidat.e.s aux élections municipales sont à ce sujet nombreuses et diverses, tant en zone rurale qu’en zone urbaine.

Dans les métropoles forêts urbaines et micro forêts fleurissent dans tous les programmes. S’il s’agit souvent de verdir son programme, c’est aussi de véritables prises de conscience sylvicoles qui surgissent. A Paris même, Anne Hidalgo a fait sensation avec la proposition de créer des forêts urbaines Ainsi, le parvis de l'Hôtel de Ville (IVe), celui de la gare de Lyon (XIIe), la placette derrière l'opéra Garnier (IXe) et les voies sur berge (IVe) seront désormais garnis d'arbres. De même, Benjamin Grivaux, alors candidat à la mairie de Paris avait proposé rien de moins que de déplacer la gare de l’Est pour y créer un Central Parc ! Partout, les mini forêts urbaines « fleurissent » ! à Marseille Martine Vassal (LR) a présenté son nouveau projet de "forêt urbaine", vaste plan d'agrandissement (de 18 à 40 hectares) du parc Borély vers la mer ... à Toulouse : La première micro-forêt de la Ville rose verra le jour en mars, à Rangueil, le « collectif micro-forêt de Toulouse en Transition » va planter 1.200 arbres sur un terrain de 400 m2 en plein cœur de la Ville rose. A Nantes chaque candidate y va de sa proposition : Laurence Garnier (Les Républicains), propose par exemple la plantation de 110.000 arbres en dix ans et la création d’un nouveau parc, le « Procé du XXIe siècle », sur l’île de Nantes. Valérie Oppelt (LREM), elle, imagine l’apparition de « mini-forêts dans les 11 quartiers », et annonce qu’elle « préservera le poumon vert qu’est le square Daviais ». La candidate EELV Julie Laernoës avec de nombreuses propositions, allant de la « débitumisation de certaines rues et cours d’école », à « la sanctuarisation des arbres anciens », en passant par « l’objectif de zéro artificialisation ». La maire de Nantes, Johanna Rolland, s’engage à la création de 150 îlots de fraîcheur, notamment dans les Ehpad et les crèches. On le voit, cette volonté de faire revenir l’arbre en ville traverse tous les partis. Reste au citoyen électeur à en extraire le plus efficace… ou à prendre l’initiative ! ainsi, de nombreuses associations ou collectifs de citoyens mettent en place des micro-forêts, inspirés par la méthode Miyawaki, pour concevoir des forêts urbaines à haut potentiel de biodiversité, de végétalisation, et de lien social… tels Minibigforest, Arboretoom… faire pousser 300 arbres sur l’équivalent de 6 places de parking, c’est possible. La méthode, qui consiste à créer une micro-forêt native, a été mise au point par un botaniste japonais, Akira Miyawaki : 10 fois plus rapide, 30 fois plus dense, 100 fois plus de biodiversité qu’une forêt traditionnelle… annoncent les initiateurs comme aux Sorinières dans l’agglomération nantaise. Reste à prouver l’efficacité de ces solutions, mais elles contribuent déjà à recréer du lien entre les planteurs ainsi qu’entre les citoyens et l’arbre.

Evidemment, les zones rurales ne sont pas en reste, où l’enjeu de l’adaptation des forêts au changement climatique, aux sécheresses, aux attaques de scolytes sont prégnantes. Au-delà des travaux de l’INRA et particulièrement de son laboratoire de Nancy, nombreux sont les maires et les candidats qui s’inquiètent pour l’avenir de leurs forêts. Celles-ci couvrent plus du quart du territoire métropolitain et les communes forestières sont nombreuses en France. Celles qui trouvent de la forêt sur leur territoire comme celles qui en possèdent. Pour ces dernières, l’enjeu est également financier. L’invasion des scolytes ces derniers mois y a fait plus de dégâts que la grande tempête de 1999 !! Avec les coupes nécessaires pour éviter la propagation, les volumes de bois mis en vente sont gigantesques et les prix s’effondrent. Dans les forêts des particuliers, laissées à la libre administration des propriétaires (sauf les plus grandes soumises à des plans de gestion) la baisse des revenus incite à ne pas replanter, voire même à ne pas couper, laissant l’épidémie progresser. Les maires disposent alors de peu de moyens d’agir… L’aide de l’Etat, par solidarité nationale et pour les services rendus par la forêt, tarde à venir – l’Allemagne y a déjà consacré 800 millions d’euros ! - . Les élections municipales sont alors l’occasion de s’interroger, dans ces communes forestières, sur l’avenir de ces espaces boisés. Quelles essences replanter ? quelle vocation pour demain entre les objectifs de captation de CO2, de préservation de la biodiversité, de loisirs… ? Ainsi la Fédération nationale des Communes forestières est associée au programme de recherche S'EnTET, qui signifie « s'Engager pour la Transition Ecologique dans les Territoires ». Ce projet est porté par l'Inra, AgroParisTech, le FCBA, FNE, le GIP Ecofor, l'Université de Lorraine, l'Université Panthéon-Sorbonne et la Fédération nationale des Communes forestières. Ce projet est financé par l'ADEME. Dans le contexte actuel de changement climatique et de transition écologique, les fonctions et usages des forêts sont fortement fragilisés. Les incertitudes pèsent quant à leur futur et vont demander de prendre pour l'avenir des décisions importantes quant aux objectifs donnés à ces espaces. Les élus seront les premiers sollicités. Cette étude a pour objectif de les accompagner.

Alors, la foresterie dans les élections municipales : une différenciation politique? Si au niveau européen la forêt est un enjeu politique – forêts de production contre forêts de préservation selon les pays – tout comme au plan national – quel avenir pour le service public de l’ONF et le statut de ses agents en France par exemple ? – au niveau local, l’accroissement de la forêt y compris en zone dense urbaine, semble faire consensus. Il reste néanmoins à analyser la crédibilité des propositions et surtout la réalité de leur mise en œuvre. A Milan, le Maire, Giuseppe Sala, a décidé de planter 3 millions d'arbres d'ici à 2030, le triple du nombre de ses habitants, et il assure qu'à terme sa forêt urbaine permettra d'abaisser de 2 degrés la température moyenne de la ville et d'absorber 5 millions de tonnes de CO2 par an, soit 80 % de l'ensemble de ses émissions. Au-delà de la visibilité des forêts urbaines, il y a à prendre en compte également l'utilisation du bois dans les constructions urbaines par exemple. A la veille du premier forum mondial des forêts urbaines, un appel invitait tous les professionnels de l'urbanisme à considérer l'arbre « comme un partenaire de la ville du futur ». Accroître les surfaces perméables, transformer les toits en jardins, végétaliser les murs, clôtures et barrières urbaines, développer des oasis vertes et des surfaces agricoles, créer des coulées vertes, planter des bois…Vaste programme! Déjà, le Senseable Lab du Massachusetts Institute of Technology (MIT) a classé la couverture de la canopée verte dans plusieurs villes du monde en utilisant le panorama Google Street View...Au citoyen de trancher !


Tags municipales , métropole, Maire, forêts, commune, élections

Share Creative Commons License
retour en haut

2Pourquoi je ne me représenterai pas

le 18/12/2013 à 18:54 par Etienne - Autre

J’ai pris la décision de ne plus me représenter pour un nouveau mandat à la mairie de Frémifontaine. Cette décision a été lourde pour moi qui suis tant attaché à ce village que j’aime. Elle est le fruit d’une longue réflexion.

 

Personnelle d’abord, parce que l’engagement électif à la mairie, qui s’est doublé de celui à la présidence de la Communauté de Communes puis du Syndicat Mixte du Pays de la Déodatie, a été un engagement demandant un plein investissement personnel et donc moins de temps pour ma famille, mes enfants qui grandissent, et aussi pour ma carrière professionnelle, largement mise entre parenthèse. Le moment est sans doute venu, après presque 20 ans de mandats électoraux, de passer à une autre étape de ma vie.

 

Une réflexion politique aussi. Je pense que la durée dans le mandat compte au moins autant que le cumul des fonctions. Le but de l’élu que je suis n’est pas de durer pour durer, ou encore d’accomplir le plus de mandats possible ; je souhaite rester en capacité de sortir des mandats qui m’ont été confiés, même si je sais que la confiance des habitants de Frémifontaine ou du canton de Brouvelieures m’a toujours été renouvelée, dans des proportions qui ont toujours été pour moi un remerciement dont je suis reconnaissant. Ce qui compte, selon moi, pour un élu, plus que la durée, ce sont les réalisations.

 

Beaucoup a été fait sur Frémifontaine, grâce à des équipes municipales avec qui j’ai toujours travaillé en pleine confiance et sur qui j’ai pu compter : rénovation des réseaux, électriques, téléphoniques, internet, éclairage, eau ou assainissement,…places de village, régénération de la forêt communale, investissement dans les énergies renouvelables ou encore l’efficacité énergétique et la modernisation des bâtiments existants et création de nouveaux bâtiments comme la mairie, la caserne de pompiers, la bibliothèque ou l’école, elle-même dotée de nouvelles technologies (tableau blanc interactif, ordinateurs portables) comme le village (haut débit). Accueil de nouveaux habitants, avec de nouveaux services… je sais aussi que beaucoup reste à faire !

 

A la communauté de communes aussi nous avons œuvré ensemble, dans une excellente ambiance, pour proposer une vraie intercommunalité de projets autour des services aux habitants (portage de repas, centres de loisirs pour les plus jeunes, maintien du bureau de poste, école de musique, festivals, …) développement économique par le tourisme, le point emploi ou le bâtiment relais, ou encore de l’environnement (rivières, paysages, vergers, biodiversité, aide à l’isolation ou encore à l’assainissement pour les particuliers…). Là aussi, avec la fusion des communautés de communes, il reste beaucoup à faire.

 

Au pays de la Déodatie, nous avons réussir à monter des projets communs à nos territoires, autour de 14 communautés de communes et la ville centre, avec le conseil de développement : un Plan Climat Territorial nous donne une stratégie pour la transition énergétique : développement des énergies renouvelables (le pays a déjà soutenu un projet de méthanisation) et efficacité énergétique (études des bâtiments communaux, conseils aux particuliers avec l’Espace Info Energie, aides à l’isolation avec le programme « Habiter mieux » porté par la maison de l’emploi…) ou encore programme biodiversité (guide de bonnes pratiques, label « village biodiversité », opération « j’adopte une ruche »…); développement économique aussi avec la participation à la pépinière d’entreprises, la filière tourisme (sentier de Grande Randonnée (GR) de Pays, un topoguide de randonnée pédestre à paraître au printemps…) filière bois (Charte Forestière de Territoire, cluster bois…). Sans oublier la gestion de fonds européens Leader ou encore le programme unique en France de couverture des communes en Défibrillateurs Automatiques Externes. Demain, le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT).

 

Ces actions furent passionnantes. D’autres les poursuivront. Aujourd’hui, je voudrais remercier les élus et les agents de ces collectivités pour ce travail collectif et leur confiance ainsi que les habitants de ces territoires pour leur soutien indéfectible. Pour ma part, je chercherai toujours, quelque soit là où je serai, à être utile à nos territoires.


Tags municipales

Share Creative Commons License
retour en haut
Sauf mention contraire, le contenu de ce blog est disponible sous la licence Creative Commons By-Nd
Version 1.2 - Crédits image - Contacter le webmaster webmaster(chez)etiennepourcher.fr