Aller au menu | Aller à l'article | Aller aux commentaires
Bâtiments

Blog d'Étienne Pourcher

0Une indispensable revalorisation des retraites agricoles

le 11/09/2013 à 15:36 par Etienne - Réflexions

François Hollande, candidat à la Présidence de la République, avait pris des engagements précis pour la revalorisation des retraites agricoles. Le Parti socialiste se réjouit de la confirmation de la mise en œuvre, dans le cadre du quinquennat et dès 2014, des six propositions qu’il avait avancées.L’extension du régime de Retraite Complémentaire Obligatoire (RCO) des non salariés agricoles aux collaborateurs d’exploitation et aux aides familiaux déjà retraités dès 2014 est une avancée majeure, en particulier pour les femmes qui en sont les principales bénéficiaires.La garantie d’une retraite des agriculteurs d’au moins 75 % du smic pour une carrière complète, avec une montée progressive d'ici la fin du quinquennat, vient d’être confirmée. Cette mesure, résultant de la loi de 2002, aurait due être mise en œuvre par les gouvernements de droite successifs qui se sont montrés incapables de l’appliquer.Afin d’assurer le financement le plus juste possible, ces mesures seront principalement financées par une action sur les niches sociales agricoles, s’inscrivant ainsi dans la lutte contre l’optimisation fiscale et la mise en œuvre d’une équité entre les différentes formes sociétaires. C’était une préconisation forte portée par la Cour des comptes et dont la reprise par le gouvernement doit être saluée.Le Parti socialiste soutient la démarche volontariste du gouvernement qui agit dans le sens de la justice sociale et le respect de la dignité des retraités du monde agricole.


Tags Retraites, Agriculture

Share Creative Commons License
retour en haut

0Rentrée 2013 : le changement

le 09/09/2013 à 13:43 par Etienne - Vosges

Alors que les dernières rentrées scolaires étaient asphyxiées par les suppressions de postes d'enseignants - le débat de rentrée ne tournait qu'autour des fermetures de classes - il y a toujours cette année les inévitables ajustements de dernière minute : là une classe surchargée où il faut trouver un poste supplémentaire, là une fermeture mal acceptée. Mais cette année tout n'est pas là!

La rencontre à laquelle j'ai participé avec Béatrice Gille, recrtrice de l'académie nancy-Metz, l'a montré.Quelque chose a changé avec la priorité donnée aux créations d'emplois à l'Education Nationale. Le taux d'encadrement des élèves (5,73 enseignants pour 100 élèves) en Lorraine est supérieur au niveau national (5,2). 2 écoles vosgiennes (dont Moyenmoutier) bénéficient du dispositif spécifique "plus de maîtres que de classes).

Reste que la démographie des Vosges (qui continuent à perdre de nombreux habitants faute d'attractivité et d'emplois) faisant perdre de nombreux élèves, au-delà des classes en primaire, c'est maintenant la question du devenir des collèges ruraux qui est posée.

Par ailleurs, je me réjouis que la Rectrice nous ait annoncél'arrivée de 1 330 nouveaux contrats aidés (en plus des 1 490 existants) pour accompagner les élèves en situation de handicap par exemple. Je lui ai dit ma satisfaction, tout en demandant à ce que ces postes soient ensuite pérennisés car jusqu'ici les Auxiliaires de Vie Scolaire (AVS) étaient bien souvent laissés pour compte à la fin de leurs contrats aidés. Le Premier Ministre a annoncé un nouveau dispositif de CDIsation pour les AVS : cela va dans le bon sens.

La pression sur les ressources humaines retombant, cela permet d'engager d'autres débats.

Celui des rythmes scolaires bien sûr. Le Ministre est revenu sur la suppression d'une demi-journée de classe effectuée ces dernières années pour revenir vers la moyenne européenne : des journées moins longues pour les élèves mais plus de jours d'école par an. Pas facile à mettre en place dans la précipitation pour cette rentrée, beaucoup de communes ont donc décidé d'engager ces nouveaux rythmes à partir de septembre 2014; nous avons donc une année scolaire pour nous adapter et faire du temps ainsi libéré un temps d'apprentissages sous des formes nouvelles. Bien sûr, il y a la question des moyens à y consacrer ainsi que celle des transports, notamment en zone rurale. Le Conseil Général des Vosges qui a fait des économies de transports scolaires pendant les années de suppression du samedi matin, va remettre en place des transports les mercredi. Reste aux communes à trouver des salles, des animateurs... Ce sera plus compliqué pour nos communes rurales où existent moins d'équipements...

Autre sujet d'actualité : les résultats des examens 2013 : j'ai noté que les filles réussissent mieux que les garçons au Diplôme national du Brevet, mais poursuivent moins dans les études supérieures... Plafond de verre? Les Vosges ont globalement une meilleure réussite au brevet que la moyenne nationale (85,8% de réussite contre 84,5%) mais un plus faible taux de réussite au bac (90,5% contre 91,9%). Entre les deux, seuls 62% des collégiens vosgiens s'orientent vers la seconde (contre 63,7% des Lorrains). Ces statistiques posent donc un certain nombre de questions sur la place faite aux filles, sur les offres de formations...

Enfin, j'ai interrogé Madame la Rectrice ainsi que la Directrice Départementale des Services de l'Education Nationale sur les moyens mis dans les nouvelles technologies. Nous sommes de nombreux maires à avoir investi, comme à Frémifontaine où les classes bénéficient de tableaux blancs interactifs ainsi que d'ordinateurs portables en réseau avec internet haut débit); mais nous sommes des élus frustrés voyant que ces matériels sont parfois sous utilisés. La question n'est pas de mettre en cause les enseignants mais au contraire de savoir s'ils disposent des formations nécessaires, des outils et logiciels appropriés... La Directrice informa qu'un référent TICE était en mission dans le département à ce sujet et que les Inspecteurs y étaient sensibilisés; par ailleurs une mise en ligne des bonnes pratiques est réalisée sur l'académie. A suivre donc.


Tags TICE, rentrée, femmes, collèges, école

Share Creative Commons License
retour en haut

0Le pays de la Déodatie signe un partenariat avec les communes forestières

le 01/09/2013 à 12:11 par Etienne - Vosges

Elu président du Syndicat Mixte du pays de la Déodatie, en 2008, j'ai immédiatement souhaité que notre territoire s'engage concrétement dans des actions pour la forêt et la filière bois. C'est, en effet, un de nos atots majeurs que ce soit en termes de développement économique, touristique, environnement...  J'avais alors invité Jean-Claude MONIN, président de la fédération Nationale des Communes Forestières pour présenter l'intérêt des chartes forestières de territoire. En 2010, nous avons lancé une charte forestière de territoire : après un diagnostic de l'existant que nous avons confié au CRPF et à l'ONF, une programme d'actions a été validé en 2012/2013 après discussions avec tous les partenaires : que ce soit le conseil de développement du pays mais aussi tous les acteurs de la filière : propriétaires, entrepreneurs, associations,... 

Comme les communes forestières représentent les plus grosses surfaces de forêts, il était donc logique d'engager un partenariat avec l'Union Régionale des Communes Forestières de Lorraine. C'est chose faite avec la convention de partenariat signée le 30 août avec Jean-Marie Haraux, président régional. De même, dans chacune des 93 communes qui composent le pays de la déodatie, un référent communal charte forestière est désigné par le conseil municipal pour suivre ces actions.

Dores et déjà, des actions ont été présentées aux élus : 

- "plus d'arbres, plus de vie" est une action nationale relayée sur le pays de la déodatie, en direction des scolaires pour replanter des arbres avec le soutien de France Bois Forêt

- "arbres remarquables en Déodatie" : à partir de l'initiative d'Yves bastien sur la vallée de la Vologne et d travail de recensement de l'ONF, un recueil des arbres les plus remarquables sera réalisé (et revivifier ainsi le vieux projet de "route du bois" resté sans lendemain)

- "j'adopte une ruche en Déodatie" : afin de créer un partenariat entre les communes (propriétaires de parcelles forestières), l'ONF (gestionnaire), les apiculteurs (mettant en place des ruches) et des citoyens qui parraineront l'opération.

D'autres actions verront le jour. Notamment un classeur des initiatives et meilleures pratiques sera réalisé pour les communes.

Déjà, du 24 au 27 septembre à Xonrupt-Longemer, en partenariat avec la Région Lorraine, le pays de la déodatie organise les "rencontres européennes de la Forêt". ce colloque qui accueillera des délégations du Luxembourg, de Finlande et de Suède notamment, permettra d'échanger sur les différentes pratiques européennes en matière forestière et de faire découvrir par des visites notre territoire. le programme est ici : http://www.deodatie.com/depot_fichiers/redacdeo2/UserFiles/File/Programme_Journees_Foret_FR.pdf


Tags Forêt, Europe, Déodatie

Share Creative Commons License
retour en haut

0Le Conseil Général approuve son (nouveau) plan pour le haut débit

le 22/07/2013 à 13:17 par Etienne - Vosges

Refonte du des aides aux entreprises : je suis intervenu depuis plusieurs années pour qu’une simplification soit engagée, notamment pour les petites entreprises pour qui les lourdeurs administratives des dossiers sont parfois dissuasives et pour qui les documents comptables demandés aboutissent parfois à voir le comptable « capter » une grande partie d’une petite subvention. Le nouveau dossier apporte enfin des avancées en ce sens. En revanche, j’ai souligné la lourdeur des doubles voire triples dossiers (Département, Région, Europe…) Les Régions et départements devraient œuvrer vers un dossier commun…

 

L’Assemblée Départementale a voté à l’unanimité des aides pour les entreprises pour 616 500 € dont, par exemple, l’entreprise Masson de Sainte Hélène (maçonnerie) ou encore la SAS De Buyer à Le Val d’Ajol fleuron des arts de la tables vosgiens avec ses instruments de cuisine. 18 672 € ont été attribués au Pôle Lorrain Ameublement et Bois et 66 500 € pour le centre de recherche INORI au CIRTES de Saint-Dié. Plus de 150 000 € ont été votés pour des entreprises agricoles.

 

Nous avons voté un plan de couverture du Département en Haut Débit (et très haut débit pour les zones d’activité départementales et les services publics) dont le coût serait de 30 millions d’euros dont 8,3 financés par l’Etat (45% des 500 kilomètres de fibre optique) : 37 Points de Raccordement Mutualisés (PRM) contre les zones blanches encore existantes, 24 Nœuds de Raccordement Abonnés en  Zone Ombre (NRA-ZO) opticalisés et 65 PRM seront montés en débit pour atteindre 3 méga. Au total on peut regretter d’une part que les zones rurales soient délaissées par les opérateurs (seules les agglomérations d’Epinal et Saint-Dié seraient couvertes en haut et très haut débit si le Département des Vosges n’intervenait pas ! Jean-Luc Beverina a souligné que les opérateurs bénéficieraient de ces investissements sans y participer…) et que beaucoup de temps (et d’argent) aient été perdus avec l’entêtement du président Poncelet (suivi par sa majorité) de vouloir engager un Partenariat Public Privé (PPP) aujourd’hui abandonné pour financer ces travaux. Au niveau du calendrier, il y a d’une part la modification du schéma départemental à modifier afin de pouvoir déposer le dossier de subvention auprès du Gouvernement dont le traitement est estimé à 7 mois, pendant lesquels l’appel d’offres peut être lancé. Les travaux n’interviendront qu’en 2015… Pour les secteurs qui ne seront pas couverts (trop éloignés) une aide à l’installation d’antennes satellites est instaurée.

 

Le Conseil Général a voté un nouveau programme de travaux routiers : des réparations d’ouvrages d’art pour 218 000 € dont 8 000 € supplémentaires pour les travaux de La Chapelle devant Bruyères (opération portée de 220 à 228 000€) ; des poses de glissières de sécurité pour 130 000 €, notamment à St-Dié et Taintrux sur la RD 420 ainsi qu’à la Houssières (RD 31) ; des travaux de surface de chaussées pour 1,9 millions d’euros, notamment à Domfaing (RD 50) et Bruyères (RD 420 et 423). Des aides à la voirie communale sont également votées pour 1,356 millions d’euros.

 

Par ailleurs, 132 482 euros ont été attribués à des clubs sportifs ; 68 626 euros ont été attribués pour des actions d’insertion. 17 400 € pour des manifestations culturelles. 148 000 € ont été votés pour des investissements dans les collèges publics et privés.

 

Des statuts ont été proposés en vue de créer une agence technique départementale afin d’aider les communes et EPCI une assistance technique, voire de la maîtrise d’œuvre pour des petits travaux de voirie. 419 000 € de subventions ont été votés pour les communes (mises aux normes ou patrimoine communal) dont 16 960 € pour la réhabilitation d’un logement communal à Bois de Champ. 165 000 € de subventions ont été votées pour des travaux dans les écoles. 259 927 euros de subventions ont été également votées pour des travaux d’électrification ou d’éclairage public dans les communes. Enfin, 863 252 € de subventions ont été attribuées à divers communes pour des travaux sur les réseaux d’eau et d’assainissement.

 

Pour la petite histoire, le Conseil Général va verser une indemnité transactionnelle de 32 888,82 € HT pour l’arrêt des études de restructuration du siège du Conseil Général. Action engagées en 2009 et sur laquelle j’avais publiquement dit mon interrogation…


Tags vosges internet haut debit

Share Creative Commons License
retour en haut

0Le Gouvernement Ayrault et les collectivités locales fondent le pacte de confiance sur les finances locales : vers le nouveau modèle Français?

le 17/07/2013 à 9:33 par Etienne - Réflexions

Un accord sur les dépenses sociales et la baisse des dotations

© Witt/SIPA

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a signé un accord avec les élus locaux, mardi 16 juillet, sur la baisse des dotations et l’aide au financement des allocations de solidarité. Le pacte de confiance entre l’État et les collectivités prend forme.

Le gouvernement et les représentants des élus locaux ont signé, mardi 16 juillet, un pacte qui confirme la baisse de dotation aux collectivités d’1,5 milliard d’euros en 2014, a annoncé Matignon dans un communiqué. Il précise que les parties “se sont accordées sur les modalités de répartition des efforts d’économie demandés aux collectivités locales et sur la poursuite des efforts de péréquation entre collectivités l’année prochaine, conformément aux propositions du comité des finances locales”. La baisse de dotation sera donc de 840 millions d’euros pour les communes et les intercommunalités, 476 millions pour les départements et 184 millions pour les régions.

Un compromis a également été trouvé sur la pérennité du financement par les départements de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), de la prestation de compensation du handicap (PCH) et du RSA, ce dernier étant à terme appelé à dépendre de la “solidarité nationale” et non plus des seuls conseils généraux. Cet accord permettra aux départements de bénéficier d’environ 2,2 milliards d’euros supplémentaires chaque année pour financer ces prestations. En premier lieu, “un fonds de compensation venant des frais de gestion de la taxe foncière bâti, que perçoivent les départements, à hauteur de 830 millions d’euros, sera perçu pour toutes les années qui viennent”, a expliqué Claudy Lebreton, le président PS de l’Assemblée des départements de France (ADF).

Meilleur accès au crédit

L’accord donne aussi la possibilité aux départements de déplafonner le taux de prélèvement des droits de mutation à titre onéreux, versés au département à chaque acquisition d’un bien immobilier. Ce plafond, selon Claudy Lebreton, “passera à 4,5 % au lieu de 3,8 pour les deux lois de finances à venir” en 2014 et 2015.“Cela représente 1,3 milliard supplémentaire possible”, a précisé le président de l’ADF. En contrepartie, les départements s’engagent à “faire un effort” pour développer les emplois d’avenir et les investissements.

 “Au cours de cette réunion, un bilan des conditions d’accès au crédit pour les collectivités locales a été établi qui a montré une amélioration de la situation par rapport à l’an dernier”, salue le Premier ministre. Il explique notamment cette amélioration par “l’action de La Banque postale et la mise en place d’une enveloppe de 20 milliards d’euros de prêts à long terme de la Caisse des dépôts et consignations pour le financement d’investissements structurants”.

Fonds de soutien pluriannuel

Le chef du gouvernement a aussi présenté aux associations d’élus “les principes de création d’un fonds de soutien pour traiter le dossier des emprunts toxiques”. Les ministères des Finances et de la Décentralisation avaient annoncé en juin qu’ils soumettraient au Parlement, à l’automne, une loi de validation de ces emprunts souscrits entre 2002 et 2008. Elle entérinerait leurs taux calculés à partir de produits hautement spéculatifs qui ont fait grimper en flèche la dette de communes, départements, organismes HLM et hôpitaux publics.

En contrepartie, serait créé un fonds de soutien pluriannuel aux collectivités concernées, doté de “moyens significatifs, notamment par une contribution du secteur bancaire”, selon un communiqué interministériel. La plus grande partie de l’encours est détenue, pour 8,3 milliards, par la Sfil, héritière de la banque Dexia, démantelée entretemps et détenue à 100 % par des capitaux publics.


Tags finances locales, départements

Share Creative Commons License
retour en haut

0Pour une conférence sur l'attractivité économique des Vosges!

le 21/06/2013 à 11:45 par Etienne - Vosges

Le Conseil Général reçoit ce jour Monsieur le Préfet des Vosges pour le rapport annuel des services de l’Etat dans le département. Beaucoup de sujets abordés : l’Etat a dépensé 1,271 milliards dans les Vosges en 2012 (en légère baisse grâce à des économies de fonctionnement), baisse de la délinquance, avancées de l’intercommunalité, baisse du nombre d’élèves (-650 à la rentrée 2012 !), hausse du chômage (12,2% fin 2012, voire 14,7% en Déodatie et plus de 25% chez les jeunes), …

 

J’ai surtout alerté Monsieur le Préfet sur la situation préoccupante de l’emploi et particulièrement des destructions de postes dans l’industrie : 5 500 postes détruits en 4 ans (et même 15 000 sur les 10 dernières années !) Cela a des conséquences sociales énormes, pour les familles et peut se traduire par des départs, une perte démographique, des pertes d’élèves… mais aussi par des situations sociales précaires : le Département en sait quelque chose avec l’augmentation du nombre de bénéficiaires du RSA. Mais il y a aussi une crainte à long terme : alors que notre département est (était) parmi les 3 ou 4 premiers de France pour la part de l’emploi industriel dans l’emploi total, qu’en sera-t-il demain ? L’exemple de la filière papier est éloquent avec de nombreuses unités fermées dernièrement. Or, nous savons que ces industries sont venues à un moment donné de notre histoire parce qu’elles trouvaient dans les Vosges des conditions propices (présence de la matière première bois, de l’énergie hydraulique, …) et que demain il sera difficile de faire revenir de gros investissements si nous laissons partir de tels investissements, de tels savoirs faire.

 

Je propose qu’une grande conférence sur l’industrie vosgienne soit organisée avec l’Etat, les collectivités comme le Conseil Général, la Région, les partenaires sociaux… pour définir ensemble quelles sont les mesures qui rendraient notre département plus compétitif et plus attractif.

 

Comme Monsieur le Préfet en a convenu, il s’agirait de lister les problèmes pour y répondre immédiatement : les lenteurs pour offrir le haut débit sur les zones d’activité, les freins à la formation en alternance,… et lister les potentiels et opportunités à développer : tirons-nous tous les bénéfices de nos citées thermales, de notre potentiel de bois…

 

Des outils existent qui ont été mis en place par le gouvernement : la Banque Publique d’Investissement, le Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi, les emplois aidés,… un pacte Etat – Région Lorraine, …

 

Cette grande conférence de l’attractivité serait une première réponse à la situation de notre département, car nous ne pouvons pas continuer à regarder notre industrie disparaître !


Tags industrie emploi

Share Creative Commons License
retour en haut

0Le parlement Européen soutien les associations d'aide aux plus démunis

le 13/06/2013 à 17:26 par Etienne - Réflexions

 Le Parlement européen a adopté le 12 juin une position forte et ambitieuse quant à l’avenir de l’aide aux plus démunis. Ce vote consacre une mobilisation sans faille des socialistes français et européens depuis le début de cette législature. Parmi les avancées obtenues :

   Défendre l’aide aux plus démunis comme nous le faisons, c’est non seulement faire le choix de la solidarité, mais c’est aussi démontrer aux citoyens que l’Europe peut être à leur côté, dans ces temps de crise et d’angoisse pour notre avenir et celui de nos enfants. Ce fonds est non seulement vital pour les quelques 80 millions de citoyens européens menacés de pauvreté, mais il est un message essentiel pour les 500 millions d’européens. Les Etats qui depuis des années s’opposent à cette expression de la solidarité européenne doivent maintenant plier devant la majorité au Parlement européen, la mobilisation de la société civile et les Etats membres ambitieux dans l’aide aux plus démunis. Dans les négociations à venir avec le Conseil, nous resterons exigeants !


Tags solidarité, Europe

Share Creative Commons License
retour en haut

0Clément

le 06/06/2013 à 21:54 par Etienne - Réflexions

Clément, tu es mort parce qu'à 18 ans tu avais des convictions politiques, des convictions anti fascistes! tu es mort le 6 juin, jour anniversaire du débarquement, comme si l'histoire ne servait à rien, comme si la mémoire s'effaçait.

Déjà des réactions indignes, des polémiques, des récupérations ignobles et déjà de nouveau des discours de haine. Certains feraient mieux de se taire.

Ce que je préfère faire.

Te laisser en paix. Te laisser à ta famille. A qui j'adresse ce soir mes vives condoléances tant mon émotion est grande.


Share Creative Commons License
retour en haut

0Commission Permanente du Conseil Général : plus de 4 millions d'euros pour la réfection des routes, 750 000 euros pour des subventions aux communes et communautés de communes, nouveau règlement de transport scolaire...

le 29/05/2013 à 12:35 par Etienne - Vosges

Logement : en 2012, le Conseil Général a garanti 18,7 millions d’euros de prêts de Vogelis pour son programme d’investissement dans 951 logements. Pour 2013, nous accordons également une garantie à cet établissement pour des opérations d’habitat social pour 23 millions d’euros.

 

Syndicats : aide à la formation pour 6 organisations syndicales ( CFTC, CFDT, FO, CGT, CFE/CGC et FSU) à raison de 1 500 € chacune pour des actions de formation de leurs membres

 

Aides aux entreprises : 42 400 € pour des artisans et commerçants ; 55 200 € pour des entreprises industrielles ou tertiaires (dont 5 200 € pour Maintenance Industrielle du val de Vologne à Laveline devant Bruyères) ; 27 300 € pour des entreprises touristiques (dont 3 000 € pour le café Thiers et 2 700 € pour le Dragon d’Or à Saint-Dié) ;

 

Aide à l’agriculture : 10 000 € pour une aide à l’installation agricole et 10 000 € pour une unité de méthanisation dans un GAEC à Beauménil. En outre un partenariat avec le Groupement de Défense Sanitaire permet d’aider les éleveurs vosgiens ainsi que pour la lutte contre la varroase (Groupement de Défense des Abeilles) pour 11 200 € et 2 500 € d’aide pour la recherche des trichines (prise en charge de la moitié du coût des analyses des sangliers par le laboratoire, l’autre moitié étant prise en charge par la fédération des chasseurs).

 

Travaux routiers : 171 300 € ont été votés pour réparer des ouvrages d’art sur des RD (notamment 55 000 € pour la RD60 à La Chapelle devant Bruyères ; 4,35 millions d’euros sont votés pour les travaux de surface des chaussées sur les RD (échangeur de Docelles, Taintrux, Saint Michel sur Meurthe, Celles sur Plaine…) il reste 2,3 millions d’euros au budget 2013 pour ces travaux; une partie est réalisée en régie par le Parc – ouvriers du Conseil Général -  et une partie par des entreprises privées. Par ailleurs, 276 840 € seront octroyés à des communes en subvention pour des travaux de voirie communale (dont 40 500 € à La Neuveville devant Lépanges). Un règlement intérieur a été voté pour l’utilisation du centre d’appel d’urgence du SDIS utilisé en commun avec le SAMU et la cellule de coordination routière (cette dernière gère notamment les appels de viabilité hivernale).

 

Sports : 76 900 € ont été votés pour des bourses aux athlètes ayant obtenu un podium aux championnats de France, d’Europe ou du Monde ( Baptiste VINCENT de Lépanges sur Vologne vice champion de France de patinage sur glace – 500 € - Julian OTHENIN GIRARD d’Aydoilles champion de France de Canoé Kayak – 750 € - ) Pour les clubs aussi : 7 000 € pour l’US Raon, 7 000 € pour le SAS, 7 000 € pour le GET Vosges, etc. 30 000 € pour la Fédération Française de Sport Automobile pour l’organisation du Rallye de France – Alsace.

 

Culture : 28 000 € pour des subventions à des associations culturelles (dont 8 000 € pour des recherches archéologiques à Darnieulles et Lifol le Grand, 1 500 € pour le 50ème anniversaire de la garde de Salm…). 75 500 € pour la ville d’Epinal (60 000 € pour le Conservatoire et 15 500 € pour la politique d’animation de la ville)

 

Collèges : 26 000 € pour des petits travaux de rénovation dans trois collèges et 149 640 € pour l’achat de fournitures et matériaux pour des travaux effectués par les agents des collèges (5 440 € pour le collège de Bruyères, 1 667 € pour celui de Corcieux, etc.)

 

Jeunesse : 4 500 € pour des sorties scolaires d’écoles du département dans des sites départementaux

 

Solidarité : 426 651 € pour le fonctionnement de 4 CLIC (information gérontologique pour les familles) ; 11 300 € de subventions ont été attribuées à des associations à caractère social (dont 3 000 € pour l’Union des donneurs de sang bénévole pour la 10ème anniversaire de la journée mondiale des donneurs de sang bénévole ; 5 000 € pour l’association Solidarité Paysans Lorraine qui accompagne les agriculteurs en difficultés…) ; 53 000 € ont été affectés à des actions d’insertion (dont 15 000 € supplémentaires pour l’association Solidarité Paysans Lorraine, 13 000 € pour le comité des Vosges d’Athlétisme pour le Kid Stadium, …). 1, 2 millions d’euros pour 600 contrats uniques d’insertion (CUI) dont 16 401 € pour le gestionnaire des dossiers, l’ASP Agence de Services et de Paiement, pour les bénéficiaires du RSA.

 

Développement local : 28 994 € pour une aire multi sports à la Communauté de Communes des hauts Champs ; 9 684 € pour des mises aux normes de passages pour piétons à Gérardmer ; 113 114 € pour des équipements scolaires et culturels ; 63 600 € pour le bois énergie (chaufferie bois du groupe scolaire d’Hadol) ; 95 553 € pour l’environnement (dont 45 000 € pour des travaux d’isolation du presbytère de Fontenay) ; 418 048 € pour l’eau et l’assainissement (dont 3 324 € pour la protection des captages du syndicat intercommunal Autrey Frémifontaine) ; 5 899 € pour des actions en faveur du développement durable (Fête de la rivière à la communauté de communes Fave et Meurthe, etc.) ; 9 400 € pour des associations à vocation environnementales (dont 891 € pour les croqueurs de pomme en Déodatie et 1 800 € pour la fête du sauvage du conseil de développement du pays de la Déodatie) ; 614 € pour des particuliers pour du regroupement foncier forestier ; 12 591 € pour des aménagements paysagers à Grandrupt ; 21 000 € pour l’association AIR Lorraine qui surveille la pollution atmosphérique.

 

Transport : nouveau règlement du transport scolaire (prise en compte des enfants de maternelle, des étudiants et des apprentis, … prise en compte des trajets variés –garde alternée, etc.) avec participation des familles et des communes (forfaitaire à 160 €/an/enfant transporté).


Tags transport , subventions, routes

Share Creative Commons License
retour en haut

2Révolution pour l'intercommunalité vosgienne

le 17/05/2013 à 18:05 par Etienne - Vosges

Alors que certaines régions françaises sont organisées depuis longtemps en intercommunalité (Bretagne) ou, plus proche de nous, sont bien avancées avec des intercommunalités de grande taille (Alsace), les vosges avaient encore du chemin à parcourir avec de nombreuses communes isolées et des intercommunalités de petite taille. On peut discuter de l'intérêt de se grouper - certains parlent du "mille feuille territorial" mais est-il possible d'offrir aux habitants de villages de moins de 100 habitants les servcies attendus autrement qu'en se groupant ? -. La loi de 2010 bien que très coercitive (trop pour certains parce qu'elle donne le pouvoir à l'Etat, mais rester sur la base du volontariat, force est de constater que cela traine...) a permis, dans les Vosges de passer de 42 à 27 communautés de communes et aucune commune ne devait se retrouver hors intercommunalité.

Le Préfet vient de réunir la Commission Départementale de Coopération Intercommunale une dernière fois dans le cadre de la loi de 2010 (elle pourra se réunir par la suite dans le cadre habituel) pour exposer ses dernières conclusions. Ainsi qu'il l'a indiqué, c'est une révolution pour l'intercommunalité vosgienne avec de nombreuses fusions de communautés de communes. Cependant, il reste une tache sur le tableau : devant les refus de part et d'autre, la ville de saint-Dié-des-Vosges n'a trouvé aucun périmètre, aucune commune pour un travail intercommunal. 

Il ne m'appartient pas de juger cette situation peut être unique en France (comme on dit "l'Histoire jugera") mais que d'occasions manquées! que de chances non saisies! Il y a d'abord eu la proposition initiale "a minima" de groupement de saint-Dié avec la Communauté de Communes des hauts champs (et le ban d'Etival, bien vite parti vers Senones...) et surtout sans la Communauté de Communes Fave et Meurthe dont  fait partie la ville de sainte Marguerite qui partage des rues avec saint Dié! Cette dernière avait monté un projet de fusion avec la communauté de communes du Val de Galilée et celle de la Fave (Provenchères) tournant ainsi le dos à saint Dié... Il y a eu ensuite la proposition d'une Communauté d'Agglomération regroupant une grande Déodatie (l'arrondissement de saint Dié ou le pays de la Déodatie moins les territoires périphériques qui ne le souhaitaient pas) pour laquelle j'avait plaidé parmi les premiers afin de donner à la ville centre et à son arrondissement les moyens de son développement. L'amendement déposé en ce sens a été réfusé, en particulier par la ville de Saint Dié (le jugeant "prématuré"). Il y eut enfin l'amendement déposé par la ville de saint Dié à quelques jours de l'échéance pour une grande communauté de communes de Plainfaing à Raon l'Etape mais trop tardif et surtout sans l'accord des intéressés; amendement rejeté également par la commission départementale.

L'idée de Monsieur le Préfet en laissant, dès lors, saint Dié seule est de montrer que le travail est inachevé pour y retravailler demain. Je suis dubitatif : les élus et communes qui devront travailler cette année et l'année prochaine à leur fusion, l'harmonisation de leurs compétences, etc. seront-ils prêts à se remettre à l'ouvrage dans ces conditions et alors même que le côté coercitif de la loi aura disparu (les fusions seront toujours possibles mais sur la base du volontariat...).

Pourtant, on ne peut pas imaginer un développement de la ville de saint-Dié sans la Déodatie, ni, à l'inverse, un développement de la Déodatie sans sa ville centre. Comme Michel Humbert l'a souligné, le projet de SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale) sera l'occasion de préparer une future intercommunalité avec Saint Dié. Mais, il me semble que, comme monsieur Jourdain faisait de la prose, la ville de Saint-Dié fait déjà de l'intercommunalité avec les communes voisines au sein du Syndicat Mixte du pays de la Déodatie... libre aux élus de lui transférer de nouvelles compétences lors du prochain mandat pour tester ce qu'un travail intercommunal pourra apporter aux uns et aux autres. L'occasion du débat sur les compétences dans chacune des communautés de communes est sans doute le temps idéal de cette réflexion...

 

PS focus local : pour ce qui est de la communauté de communes du canton de Brouvelieures, un consensus s'est dégagé à l'unanimité pour une fusion à trois avec celles de l'ADP (Girecourt) et de la vallée de la Vologne (Bruyères) et des communes des monts de Vologne (ancienne communauté de communes autour de Granges) formant ainsi un ensemble de 17 500 habitants! 


Tags intercommunalité, Déodatie

Share Creative Commons License
retour en haut
Sauf mention contraire, le contenu de ce blog est disponible sous la licence Creative Commons By-Nd
Version 1.2 - Crédits image - Contacter le webmaster webmaster(chez)etiennepourcher.fr