Aller au menu | Aller à l'article | Aller aux commentaires
Bâtiments

Blog d'Étienne Pourcher

0Lutte contre la déforestation importée : des paroles aux actes!

le 04/01/2022 à 17:16 par Etienne - Économie

La présidence française de l'Union européenne à partir de ce 1er janvier 2022 est une occasion unique d'agir concrétement contre la déorestation.

Entre 1990 et 2020 seulement, le monde a perdu 420 millions d'hectares de forêts, une superficie plus vaste que celle de l'Union européenne.

En 2021, l'UE reste le deuxième plus grand importateur de matières premières liées à la déforestation et à l'origine de 16 % de la déforestation associée au commerce international.

La France importe 20 % de son alimentation et cette part est croissante. Parmi ces produits agricoles figurent des denrées – huile de palme, bœuf, cacao, café, soja… – responsables de déforestation dans les pays qui les produisent.

Une Stratégie Nationale de lutte contre la Déforestation Importée a été adoptée le 14 novembre 2018 en France, pour « mettre fin en 2030 à l’importation de produits forestiers ou agricoles non durables contribuant à la déforestation ». Aujourd’hui, cette ambition n’a pas été traduite dans un plan d’actions avec des objectifs chiffrés.

Bruxelles a présenté, le 17 novembre 2021, une proposition de règlement pour enrayer la dégradation des forêts imputable à l'UE. Elle vise à garantir l'importation de produits sans lien avec la déforestation.

Le projet de règlement prévoit la mise en place d'un mécanisme dit de « diligence raisonnée » permettant de n'accepter sur le marché communautaire que des produits conformes à la législation du pays d'origine et n'ayant pas contribué à la destruction ou à la dégradation d'espaces forestiers.

Les produits concernés sont les six produits de base les plus souvent associés à la déforestation : soja, viande de bœuf, huile de palme, bois, cacao et café, ainsi que certains produits dérivés comme le cuir, le chocolat et les meubles. La Commission prévoit une mise à jour de la liste des produits de base en fonction de l'évolution des modèles de déforestation. Les entreprises souhaitant mettre les produits de base sur le marché de l'UE devront collecter les coordonnées géographiques des terres où ils ont été produits. Les obligations seront simplifiées pour les produits provenant de pays à faible risque tandis que les contrôles seront renforcés pour ceux provenant de zones à haut risque. Mais ce sont les États membres qui seront responsables de l'application effective du règlement.

L'examen du texte par le Parlement et le Conseil doit débuter lors de la présidence française de l'UE. (Emmanuel Macron avait annoncé une accélération de la stratégie européenne en matière de déforestation lors du Congrès mondial de la nature, en septembre 2021 à Marseille)

Des discours volontaristes aux actes il y a souvent un fossé. Il faudra donc juger aux actes. En effet, le projet de règlement sera jugé à l’aune de son ambition car il comporte des limites :

-          Le champ couvert par la législation : une matière première comme l'hévéa utilisée pour fabriquer le caoutchouc, et qui est l'une des premières causes de déforestation en Asie du Sud-Est, n’en fait par exemple pas partie ; idem pour le caoutchouc, le poulet, le maïs, le sucre…

-          Les milieux naturels pris en compte : la déforestation concerne évidemment la forêt mais aussi les écosystèmes voisins comme les savanes, les prairies ou les tourbières…

-          La prise en compte des communautés locales : les produits importés, cultivés sur des territoires parfois détournés de leur utilisation originelle, doivent obtenir un consentement libre, informé et préalable des communautés locales

-          l'allégement des contraintes pour les produits provenant de produits à faibles risques : cela pourrait ouvrir la porte à des "blanchiments" à travers des exportations vers un pays considéré comme à faible risque, avant une exportation vers l'UE

-          la traçabilité : par exemple, le texte pourrait se heurter à l'impossibilité d'assurer une traçabilité individuelle de la naissance à l'abattage pour les bovins en provenance de certains pays. Le texte doit donc prévoir des mesures visant à imposer nos règles de traçabilité à nos partenaires commerciaux tels que le Brésil, ainsi que la mise en œuvre de contrôles réalisés par la Commission européenne dans les pays exportateurs.

Enfin, le projet de Règlement gagnerait à mettre en place un nécessaire suivi en publiant annuellement des indicateurs de suivi comme par exemple le montant des émissions dues à la déforestation importée.

Au-delà de ce Règlement, il sera nécessaire d’agir également en prévention : réduire l’utilisation de l’huile de palme (notamment comme carburant), réduire la consommation de viande, augmenter l’autonomie protéique de la France, stopper le soutien du secteur de la finance aux investissements contribuant à la déforestation, soutenir les pays producteurs en transition, modifier ou mettre fin aux accords de libre échange menaçant d’accroître la déforestation (comme l’accord UE-Mercosur)… Un plan d’action global pour lutter contre la déforestation !


Tags forêt, Europe, déforestation, climat, alimentation

Share Creative Commons License
retour en haut

0Accélérons! pour le climat, la France doit agir

le 08/10/2018 à 15:19 par Etienne - Économie

Le récent rapport du GIEC a montré les conséquences catastrophiques d'un dépassement des 1,5 degrés de hausse moyenne des températures. Ce sujet devrait être la priorité numéro un des gouvernements car il en va de la survie des espèces dont la nôtre. Le Gouvernement français va dévoiler prochainement ses propositions à travers une Programmation Pluriannuelle de l'Energie. Notre responsabilité collective est donc grande.

Les questions connexes dans le choix des énergies de demain sont :

1) l'indépendance énergétique : aujourd'hui la France importe la quasi totalité de ses hydrocarbures, mais également l'uranium et ses combustibles nucléaires. Les approvisionnement viennent souvent de pays peu stables, ce qui fragilise notre indépendance.

2) les déchets et le caractère renouvelable : exploiter des ressources terrestres pour les épuiser, laisser des déchets aux générations futures n'est pas saisfaisant. Avec le vent, le soleil, la mer et le bois, les sources d'énergies se renouvellent

3) les conditions économiques : aujourd'hui solaire et éolien, y compris éolien offshore, vendent leur production sur le marché de l'énergie sans subvention publique; l'éolien, y compris offshore est moins cher que les nouvelles capacités de production d'électricité, y compris nucléaire comme le montre le marché du Royaume Uni. Par ailleurs, l'éolien crée des filières industrielles en Europe et donc en France. L'Observatoire des Energies de la Mer a montré que l'éolien en mer a déjà créé plus de 2500 emplois en France (www.merenergies.fr)

La balle est dans le camp du gouvernement. 


Tags industrie, climat, énergie

Share Creative Commons License
retour en haut

0Forêt : les dossiers de F. de Rugy

le 10/09/2018 à 9:49 par Etienne - Économie

La démission de N. Hulot s'est produite sur fond de permis de chasse; même si cet épisode ressemble plus à la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, les questions forestières et de la filière bois ont des dossiers chauds et urgents à traiter par le nouveau Ministre FDR.

Le développement de la filière bois, matériau biosourcé et source d’énergie renouvelable, nécessite des actions concrêtes; de même pour la forêt qui est pourtant également un puissant puit de carbone, allié précieux contre le dérèglement climatique, ainsi qu’un réservoir inégalé de biodiversité.

Un premier test sera celui de la déforestation importée : La volonté du Gouvernement de permettre la réalisation d’une usine d’huile de palme en Région PACA, dite « bioraffinerie de la Mède » (autorisation délivrée à Total le 16 mai dernier) représente de la déforestation importée – rappelons que la déforestation représente 10% des émissions mondiales de gaz à effet de serre -.

Second dossier, le permis d’exploiter – qui doit être délivré cet automne et constitue donc un des premiers actes politiques du nouveau Ministre - une mine d’or en Guyane, dit projet « Montagne d’Or »,ayant reçu le soutien d’E. Macron, fera disparaître 1500 hectares de forêts en plein cœur de l’Amazonie et utilisera une méthode d’extraction au cyanure extrêmement polluant menaçant ainsi la faune et la flore locale. Le récent débat public a montré les réticences locales voire les radicalisations; les compromis sur la dispersion des sites de stockage (pour partager les risques?) ou garanties de l'exploitant sur le traitement des boues scianurées, n'ont semble-t-il pas rassuré...

Le plan climat du Ministre Hulot en juillet 2017, devait pourtant s’appuyer sur le rôle des forêts : quelle action concrète depuis ? Le plan biodiversité devait également s’appuyer sur les espaces forestiers préservés : quelles suites, mise à part la confirmation de la création du Parc National des forêts de feuillus de Champagne – Bourgogne lancé il y a quelques années. Autant de pistes d'actions à l'aune desquelles le nouveau Ministre pourra être jugé.

La forêt publique a un rôle majeur à jouer, en particulier avec son gestionnaire, l’ONF, en partie sous tutelle du Ministère chargé de l’environnement et dont la situation financière devra être stabilisée. Là aussi un chantier d'envergure.


Tags Hulot, forêt, filière bois, De Rugy, climat, biodiversité

Share Creative Commons License
retour en haut

15Climat : dépasser la prise de conscience

le 03/08/2018 à 11:06 par Etienne - Économie

Editorial du « Monde ». Les signaux d’alarme sur l’accélération du réchauffement climatique se multiplient et, pourtant, les actions engagées pour tenter d’inverser le phénomène ne sont désespérément pas à la hauteur des enjeux. Deux nouveaux avertissements viennent de nous être lancés, mercredi 1er août. L’année 2017 a été classée comme l’une des trois années les plus chaudes de l’histoire moderne, selon le rapport annuel de l’agence fédérale américaine National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

Le 1er août est également le jour où l’humanité a consommé l’ensemble des ressources que la nature peut régénérer en un an, selon les calculs du réseau international du Global Footprint Network et celui du WWF. Année après année, ce « jour du dépassement » est de plus en plus précoce : en 1975, c’était le 1er décembre ; en 1995, le 5 octobre ; en 2015, le 4 août, et en 2017, c’était le 2 août.

Lire aussi :   Climat : 2017, année de tous les records

D’un côté, les mesures des scientifiques de la NOAA et l’actuelle vague de chaleur qui fait suffoquer les populations d’Europe du Nord, du Japon, du Canada ou du Pakistan, laissent peu de doute sur la réalité du réchauffement climatique. De l’autre, l’« empreinte écologique » grandissante de l’homme, illustrée notamment par la hausse des émissions des gaz à effet de serre et par l’augmentation des surfaces cultivées, brosse le tableau d’une planète au bord de la rupture sans que les actes suivent la prise de conscience.

Deux ans et demi après l’accord de Paris, conclu lors de la COP21 pour contenir le réchauffement sous le seuil des 2 °C, « l’union sacrée pour le climat » à laquelle appelle Nicolas Hulot, le ministre de la transition écologique et solidaire, se fait toujours attendre. Certes, des villes se rassemblent autour d’objectifs de transformation de leurs usages en matière d’énergie, de logement ou de transport. Certes, des entreprises se projettent vers une économie rejetant moins de carbone, et le monde de la finance réévalue peu à peu sa politique d’investissement à la lumière du risque climatique. Un sommet mondial des acteurs non étatiques, le premier du genre, devrait mettre à l’honneur ces initiatives, mi-septembre, à San Francisco.

Maillon faible

Toutefois, les Etats restent le maillon faible de cette mobilisation. C’est le cas des Etats-Unis de Donald Trump, l’un des derniers dirigeants climatosceptiques de la planète, qui a isolé son pays en ouvrant la voie, en juin 2017, à son retrait de l’accord de Paris. De son côté, l’Union européenne peine à réviser à la hausse ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre. Il s’agit pourtant d’un effort indispensable. La Chine, premier émetteur mondial de CO2, est, elle aussi, confrontée à la contradiction entre les engagements de l’accord de Paris et la poursuite d’une croissance économique soutenue. Partout, les lobbys tentent de remettre en question les maigres avancées, comme au Canada, qui vient d’assouplir son projet de taxes sur les émissions de gaz à effet de serre.

Les Etats n’ont d’autre choix que d’agir vite et d’interroger les modes de production et de consommation qui font des hommes les prédateurs de la nature. Pour contenir la hausse des températures, l’accord de Paris indique clairement la voie en visant la neutralité carbone dans la seconde moitié du siècle. Cet objectif implique de laisser sous terre la plus grande partie des réserves d’énergies fossiles, les carburants du réchauffement. Combien faudra-t-il d’avertissements pour que l’humanité cesse de rester accrochée à un modèle qui conduit à sa perte ?


Tags Ville, Etat, Energie, Climat

Share Creative Commons License
retour en haut

13élections et énergie panorama en France et aux USA

le 20/11/2016 à 13:06 par Etienne - Réflexions

La période récente a été sans doute la plus chaude de l’histoire de notre planète. Les guerres et luttes d’influences au Moyen Orient ont pour cadre des enjeux d’accès à l’énergie et d’indépendance énergétique pour les pays occidentaux. C’est dans ce contexte que des élections majeures se déroulent aux Etats-Unis et en Europe, notamment en France.

 

Jusqu’ici tout va bien.

 

Les USA ont ratifié l’accord de paris sur le climat et se sont engagés à réduire de 26 à 28% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2025. Le président Obama s’est par ailleurs engagé à verser 3 milliards de dollars au fonds vert pour le climat (sur 10 milliards de budget initial). Par ailleurs, les Etats-Unis participent au financement de l’instance de négociation, la Convention-Cadres des Nations Unies sur les Changements Climatiques CCNUCC (4 millions de dollars sur un budget de 13 millions pour 2010-2015). Enfin, le groupe d’experts sur le Climat (GIEC) est financé à 30% par les Etats-Unis. Un plan pour une énergie propre, le « clean power act » a été voté pour réduire de 32% d’ici à 2030 les émissions de gaz à effet de serre liés à la production d’électricité, notamment en subventionnant les énergies renouvelables. Ce dernier est actuellement suspendu à un arbitrage de la Cour Suprême.

 

L’élection de  D. Trump aux USA pose la question de son action future dans le domaine des énergies. Climatosceptique, le futur Président des USA a déclaré pendant la campagne que le réchauffement est une invention de la Chine pour affaiblir la compétitivité américaine. Sa crainte exprimée est que « des bureaucrates étrangers aient le contrôle de la quantité d’énergie que nous pouvons consommer ». Dans sa campagne, le candidat Trump a promis d’annuler l’accord de Paris sur le Climat et de supprimer l’Agence de protection de l’environnement et de lever les restrictions à la production d’énergies fossiles.

 

Pour autant, depuis son élection, outre des déclarations nuançant ses propos da campagne dans de nombreux domaines, des éléments d’optimisme sont apparus : l’accord de Paris a été ratifié par 110 pays représentant 75% des émissions mondiales – D. Trump devra tenir compte de ce contexte international. Par ailleurs, les Etats-Unis comptent de nombreuses entreprises leaders dans les énergies renouvelables, des technologies de la croissance verte au moment où les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables sont passés devant les investissements consacrés au charbon. D. Trump devra tenir compte du marché. D’ailleurs, plus de 360 sociétés mondiales ne se sont pas privées de lui rappeler, appelant les Etats-Unis à poursuivre les politiques de réduction des gaz à effet de serre et dénonçant le danger que ferait courir à la prospérité américaine le fait de renoncer à mettre en place une économie bas carbone. Enfin, les Etats ne sont pas tout et une coalition rassemblant 165 collectivités locales soit 1 milliards d’habitants, « Under 2 », s’est engagée à réduire ses émissions de 80 à 95% d’ici à 2050.

 

En France, les Régions Alsace, Aquitaine, Auvergne-Rhône-Alpes, Midi Pyrénées et Pays de la Loire sont parties prenantes de cette coalition.

 

Qu’en est-il des élections prochaines dans notre pays sur la question des énergies ? Cette question a été peu évoquée dans les débats de la Primaire de la droite et du centre.

 

Les candidats ont pourtant pris en compte cet enjeu dans leurs programmes :

Pour Alain Juppé, il s’agit de réaffirmer l'importance cruciale de l'énergie nucléaire pour la France. L'objectif absurde consistant à ramener à 50% le nucléaire dans la production d'électricité sera supprimé. Les centrales atteignant 40 ans pourront être prolongées à condition qu'elles présentent toutes les garanties de sécurité et que leur prolongation présente un intérêt économique. La fermeture de Fessenheim sera annulée. Pour autant, outre l’amélioration de l’efficacité énergétique, il est promis d’accélérer le développement des énergies renouvelables, qui ont fait d'énormes progrès et d’engager un programme d'équipement solaire en veillant à privilégier les solutions les plus compétitives et privilégiant la création de valeur nationale et locale.

Pour N. Sarkozy, « en cas d'alternance, nous abrogerons l'objectif de ramener à 50 % la part du nucléaire dans la production d'électricité en France. Il n'y a simplement aucune alternative crédible à l'énergie nucléaire. Il faut donc maintenir le parc actuel, et investir pour développer une nouvelle génération de centrales»

Pour F. Fillon, Il faut prolonger la durée d’exploitation des réacteurs existants, de 40 à 60 ans comme cela se fait dans d’autres pays comme les Etats-Unis. La diminution de la part du nucléaire se fera progressivement, sous l'effet d'une hausse régulière de la part des énergies renouvelablesLe développement des énergies basées sur l’hydraulique, la biomasse, l’éolien, le solaire, les marées, etc. doit être perçu non pas comme une panacée mais comme un secteur industriel porteur. Notre " Recherche et Développement " est en mesure de nous apporter les avantages technologiques (hausse de rendements) qui doivent devenir des atouts industriels. Il faut donc probablement sortir des objectifs chiffrés, pour donner la main au marché. Si ces énergies sont rentables, elles attireront les investissements et leur part se développera. L’Etat doit favoriser les conditions de cette émergence. Il propose de se donner pour objectif 0% d’énergie fossiles le plus vite possible, supprimer les obligations d’achat avec tarifs garantis et privilégier les Appels à Projets pour de grosses unités comme cela a été fait pour l’éolien en mer avec une aide provenant de la contribution climat énergie.

Pour NKM, il s’agit de favoriser l’autoproduction et l’autoconsommation d’énergie. Elle propose notamment de mettre en place un grand plan de développement des énergies renouvelables (en soutenant l’investissement à l’innovation concernant le stockage de l’électricité), d’accélérer les économies d’énergies.

Pour Bruno Le maire, la prolongation de l’ensemble du parc nucléaire a été chiffrée à 100 Md€ par la Cour des Comptes. Sa proposition vise à réorienter une partie de ces ressources vers les technologies de demain en lieu et place de la seule prolongation de tous nos réacteurs. Il propose de simplifier les procédures et de favoriser l’autoconsommation, notamment grâce au solaire.

 

Sur le reste de l’échiquier politique, les positions divergent :

Pour M. Le Pen, En dehors de l’énergie hydraulique, les énergies dites « vertes » ne sont aujourd’hui pas réalistes en l’état ; elle propose de soutenir le programme ITER à Cadarache. Maintenir l’indépendance énergétique de la France et ses bonnes performances en matière d’émission de CO2 impose selon elle de conserver l’énergie nucléaire à moyen terme. Pour réduire la part du nucléaire, la recherche sera valorisée dans les énergies renouvelables et dans les nouvelles sources d’énergie que la science permettra de créer.

 

A gauche :

 

F. Hollande s’était engagé en 2012 à réduire la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75% à 50% à l'horizon 2025. Depuis, la Loi de Transition Energétique a été votée et la Programmation Pluri-annuelle de l’Energie promulguée mais n’évoque que l’augmentation de la part des énergies renouvelables pour respecter les engagements de la France – 32% d’énergies renouvelables  en 2030 dont 40% d’énergies renouvelables pour la production d’électricité (16% en 2015). La fermeture de la première centrale française n’est pas engagée et liée à la mise en service de l’EPR et à une indemnisation en négociation pour EDF.

 

Pour A. Montebourg, le nucléaire et la recherche de moyens « propres » d’extraction du gaz de schiste ont été valorisés pendant son passage au ministère du redressement productif, mais aussi la filière industrielle française des énergies renouvelables. Il a investi personnellement dans un projet éolien terrestre.

 

E. Macron, alors Ministre assurait que son objectif n’est pas un abandon du nucléaire mais une réduction de sa part pour favoriser le développement de nouvelles énergies." Il met en avant la complémentarité qui existent entre les énergies renouvelables "décentralisées et intermittentes" avec le nucléaire "centralisé et stable".

 

Pour JL. Melanchon, il s’agit de créer un pôle public de l’énergie en lien avec des initiatives locales comme des coopératives locales de production et consommation d’énergies renouvelables et favorisant l’autoproduction et le partage des excédents. Le candidat oppose un refus de l’énergie nucléaire et des risques qu’elle représente et propose une plus grande sobriété énergétique, notamment dans l’éclairage public et privé.

 

Chez les verts, Y. Jadot  déclare que si la France se lance ouvertement dans le développement massif des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, non seulement la France parviendra à réduire ses émissions de gaz à effet de serre en conformité avec ses engagements de la COP 21, non seulement elle créera des centaines de milliers d'emplois, mais elle dégagera aussi des marges de manœuvre géopolitiques par rapport à la Russie en diminuant son exposition aux importations de combustibles fossiles.


Tags Trump , nucléaire, climat, énergies renouvelables

Share Creative Commons License
retour en haut

0

le 17/10/2013 à 16:57 par Etienne - Vosges

 Le lundi 14 octobre 2013, les élus du Conseil Syndical du Pays de la Déodatie ont été conviés à une visite du chantier de la future unité de méthanisation de la SEML Méthaval (Société d’Economie Mixte Locale) sur la commune de Ban-de-Laveline, et ce dans le cadre des journées nationales de l’énergie. Accompagnés par Mr Jean-Jacques DAILLOT, Président de la Communauté de Communes du Val de Galilée et par les exploitants du GAEC Pierron (Groupement Agricole d’Exploitation en Commun), les élus et journalistes présents ont pu constater l’avancée des travaux et assister à une présentation du fonctionnement de la future unité.

La SEML Méthaval a été créée en 2011, au terme d’une volonté commune entre la collectivité et les agriculteurs. Le projet participe activement à la réalisation du Plan Climat Energie Territorial (PCET) du Pays de la Déodatie de par ses objectifs à produire des énergies renouvelables et à réduire les émissions de Gaz à Effet de Serre. Le but est de valoriser les effluents agricoles et équestres ainsi que les déchets verts provenant de 5 exploitations agricoles, d’un centre équestre et de 2 déchetteries. La méthanisation de ces matières organiques permet de produire d’une part une matière fermentée (digestat) et d’autre part un mélange gazeux (biogaz). Valorisé dans un moteur thermique de cogénération, ce dernier permettra de produire de l’électricité (150 kWh soit la consommation moyenne de 360 foyers) qui sera alors réinjectée dans le réseau ERDF. Quant à l’eau chaude produite pour le refroidissement du moteur, celle-ci sera valorisée par l’intermédiaire d’un réseau de chaleur qui alimentera 22 foyers riverains, permettra le séchage du fourrage de l’exploitation ainsi que la production de spiruline (algue d’eau douce ayant des vertus pharmaceutiques). Ce sont ainsi plusieurs emplois non délocalisables qui seront créés. Débutés cet été, les travaux devraient s’achever au cours de cet hiver. Actuellement, le chantier concerne notamment la construction des 5 « garages » qui seront dédiés au chargement pour la production du gaz et l’isolation de la structure pour garantir une totale imperméabilité à l’air et aux intempéries.

Le pays de la Déodatie, dont le plan climat vise à la fois les réductions de gaz à effet de serre et la hausse de la production d’énergie renouvelable, a soutenu ce projet à travers une aide de 50 000 euros (fonds européens de développement rural gérés par le GAL du pays de la Déodatie) et par une garantie bancaire.


Tags methanisation, europe, climat, énergie

Share Creative Commons License
retour en haut
Sauf mention contraire, le contenu de ce blog est disponible sous la licence Creative Commons By-Nd
Version 1.2 - Crédits image - Contacter le webmaster webmaster(chez)etiennepourcher.fr